Les CR des réunions RELIF pour l’AG 2024 du GSRL

Afropéanité, religion et francophonie, la fabrique d’un concept à l’épreuve d’une étude de terrain bruxelloise» (Christel Zogning Meli), 10 juin 2024

« La fabrique d’un bouddhisme pluriel, francophone et de France » (Antony Boussemart), 24 mai 2024

« Ressources numériques francophones vues du Vietnam : de l’isolat à la mise en réseaux » (Pascal Bourdeaux et Nguyen Ngoc Giang), 21 mars 2024

« Regard japonais sur la vie religieuse en Afrique de l’Ouest francophone » (Kae Amo et Naoki Kashio), 13 mars 2024

« Comprendre la restructuration du champ chrétien au Maroc à la lumière de la conversion de l’islam au christianisme » (Julien Argoud, Fatiha Kaoues), 26 janvier 2024

Les mutations de l’éthos protestant au sein de l’Eglise Evangélique du Congo”, (Richard Lengo), 22 novembre 2023

Francophonie et réseaux guénoniens”, (Jean-Pierre Laurant), 30 octobre 2023

Les régimes de temporalité au miroir des débats sur la modernité et le postcolonial” (Paul Zwawadzki), 20 septembre 2023

 

Réunion n°8 programme ReliF, 10/06/2024 (invitation)

Chères amies, chers amis du programme “Religions et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°8 du programme GSRL “Religion et Francophonie”.

Elle aura lieu le lundi 10 juin 2024 de 14H à 16H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers), avec Christel Zogning Meli comme oratrice invitée.

Christel Zogning Meli (CARES Bruxelles)

ORDRE DU JOUR :

1/ Tour de table, échange de nouvelles (publications, colloques, appels à com etc.)

2/ Exposé de Christel Zogning Meli (CARES, coordinatrice du nouveau certificat d’études afropéennes, FUTP Bruxelles) sur “Afropéanité, religion et francophonie : la fabrique d’un concept à l’épreuve d’une étude de terrain bruxelloise

Le site du nouveau laboratoire CARES, en Belgique, définit l’identité afropéenne de la manière suivante : « Est dite afropéenne une personne d’ascendance subsaharienne, née ou ayant grandi en Europe, dépositaire à la fois de son vécu européen mais aussi d’un héritage culturel africain qu’elle entend assumer. L’Afropéen émerge dans un univers mondialisé marqué par les processus d’hybridation et de métissage, tiraillé entre les traditions héritées et les orientations politiques culturelles et sociales que lui imposent le devoir d’intégration dans le pays d’accueil » (référence : site : https://caresbrussels.org/certificat-universitaire/).

Sur la base de ce référentiel mixte, la Faculté universitaire de Théologie protestante (FUTP) de Bruxelles a mis en place, pour l’année universitaire 2023-24, une première mondiale : un certificat universitaire d’études afropéennes, appuyé sur l’expertise des sciences sociales. Christel Zogning Meli (CARES), qui en est la coordinatrice, vient nous en apprendre davantage sur cette initiative originale, en croisant les enjeux d’identité afropéenne avec la question des apportenances religieuses, de la sécularisation, et de la francophonie. Elle nous présentera également les résultats d’une enquête de terrain réalisée à Bruxelles.

3/ Questions et échanges au sujet de l’exposé de Christel Zogning Meli. Venez nombreux !

Pascal et Sébastien, pour le GSRL

Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 13.03.2024

‌‌

Après le tour de table habituel, et quelques ajustements techniques (merci Antoine Vermande), les professeurs Kae Amo (Université de Kyoto) et Naoki Kashio (Université de de Keio) nous ont conduits dans 3H30 d’échanges passionnants, au travers de leur « regard japonais sur la vie religieuse en Afrique de l’Ouest francophone ».

Professeure Kae Amo, Programme RELIF, GSRL, 13 mars 2024

Appuyée par un diaporama Powerpoint très éclairant, Kae Amo a traité du sujet suivant : L’islam, la politique et la transformation de la notion d’élite au Sénégal”. L’oratrice a commencé par développer des considérations méthodologiques et épistémologiques, au cours desquelles elle a présenté ses 10 ans de terrain au Sénégal, puis elle a déployé une minutieuse analyse socio-historique, à partir d’un retour sur la « politique musulmane » de la France et ses spécificités en AOF, avec l’enjeu de la formation des élites (y compris sur le plan religieux). Elle s’est appuyée sur une description fine, et illustrée, du terrain, où se croisent problématiques religieuses et économiques (marabouts des arachides).

Après la décolonisation, dans un contexte où l’islam confrérique rassemble 80% des musulmans du Sénégal, les élites se sont transformées progressivement au gré des mutations plus larges qui ont marqué la société sénégalaise : l’exode rural et l’urbanisation jouent leur rôle, ainsi que, plus récemment, la révolution numérique, qui modifie le statut du disciple en réduisant sa dépendance à l’égard du savoir du maître, du marabout, du cheikh. Entre langue française, très largement utilisée, et langue arabe (celle du Coran), les répertoires mourides et réformistes se recomposent également, avec des cercles d’appartenance qui s’interpénètrent et se chevauchent.

Professeur Naoki Kashio, Programme RELIF, GSRL, 13 mars 2024

Naoki Kashio a ensuite pris la parole pour présenter son « approche théorique des valeurs spirituelles : Mahikari en Côte d’Ivoire ». Il a commencé par retracer l’histoire de ce mouvement spirituel japonais contemporain, proposant « Lumière et Vérité » à partir d’une initiation qui repose notamment sur la pratique de la position des mains (et non imposition) sur 27 points vitaux. Un élément clef, au terme de l’initiation élémentaire, est la remise de l’omitama, pendentif métallique qui a pour fonction d’assurer la bonne connection et réception de la lumière spirituelle. Née dans les années 1950, cette nouvelle offre religieuse s’est implantée rapidement en Côte d’Ivoire, sur la base d’un recours exclusif à la langue française (sauf pour les récitations et les chants -style « tanka » japonais-).

Dès août 1975, un premier stage Mahikari est proposé à Abidjan avec 24 participants, sous l’impulsion d’une adepte, Hadifé, venue de Marseille. Un dojo est créé en bonne et due forme dès 1977. Il est déplacé à Cocody en 1985, puis à Angré II Plateaux. En 1995, on comptait déjà 2500 adeptes de Mahikari pour toute la Côte d’Ivoire. Les raisons de son succès ? D’un côté, Mahikahi renvoie à un animisme latent (se purifier d’esprits extérieurs, omitama utilisé comme fétiche), de l’autre, il est travaillé par un processus d’éthicisation, qui internalise la responsabilité plutôt que de rejeter l’étiologie du mal sur des causes extérieures (esprits). Il représente en quelque sorte un « syncrétisme implicite » qui intègre la perspective monothéiste : « Le fétichisme et le monothéisme sont aussi interdépendants que le serpent ouroboros, dans le Mahikari ».

Des échanges nourris avec l’auditoire

Enfin, devant une assistance de dix personnes en présentiel, et de huit personnes en distantiel, les professeurs Kae Amo et Naoki Kashio ont poursuivi le débat à partir des nombreuses questions posées. L’occasion, notamment, de s’interroger sur l’image et le rôle du Japon en Afrique de l’Ouest.

Doté d’une image très positive, le Japon apparaîtrait comme porteur d’une modernité alternative à l’impérialisme occidental (que le Japon a combattu), conciliant références et pratiques religieuses très anciennes (dont le culte des ancêtres) avec la technologie la plus avancée. Naoki Kashio fait par ailleurs observer que la Côte d’Ivoire est surnommée le « Japon de l’Afrique de l’Ouest », ce qui constitue pour les Ivoiriens un titre de fierté.

Réunion n°1 programme ReliF, 20/09/2023 (invitation)

Avec un exposé de Paul Zawadzki sur la temporalité

Chères amies, chers amis du programme “Religions et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°1 du programme GSRL “Religion et Francophonie”. Elle aura lieu le mercredi 20 septembre 2023 de 14H à 16H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers).

ORDRE DU JOUR :

1/ Tour de table

2/ Présentation des perspectives de réflexion du programme (Pascal Bourdeaux et Sébastien Fath)

3/ Exposé de Paul Zawadzki (Université Panthéon Sorbonne, GSRL) sur “Les régimes de temporalité au miroir des débats sur la modernité et le postcolonial”

Paul Zawadzki a notamment dirigé le collectif “Malaise dans la temporalité” (éditions de la Sorbonne, 2002); il a également publié dans la revue Temporalités un texte intitulé “Aux sources démocratiques du Malaise dans la temporalité”, pour préciser les sources politiques/démocratiques (et non seulement économiques/capitalistes) du dit “malaise” :  

http://journals.openedition.org/temporalites/6973    

4/ Questions et échanges au sujet de l’exposé de Paul Zawadzki

Venez nombreux !

Pascal et Sébastien, pour le GSRL

Présentation du programme “Religion et Francophonie” (ReliF)

 

Programme Religion et francophonie

Mémoire & résilience ; Histoire & épistémologie

Responsables : Pascal Bourdeaux et Sébastien Fath

 

Problématique

Sur les cinq continents, 321 millions de personnes sont capables de s’exprimer en français (données OIF 2023).

Ces espaces francophones invitent à penser autrement les interactions religieuses, y compris historiquement, au-delà d’un prisme hexagonal qui s’est longtemps voulu hégémonique. Déployer l’analyse du religieux en société dans cet espace-temps francophone et postcolonial, tel est l’objet de ce programme “Religion et francophonie”.

Penser les recompositions religieuses contemporaines en francophonie depuis le XIXe siècle, c’est s’inscrire, d’une part, dans une logique d’échelle, élargissant la focale pour embrasser la diversités des espaces francophones, souvent marqué par le fait colonial.

C’est adopter, d’autre part, une logique de décentrage épistémologique, en interrogeant le régime des sciences issues de la révolution industrielle et du “moment colonial” à la lumière d’une réévaluation des productions conceptuelles et empiriques issues des “suds”.

D’où le choix d’articuler ce programme porté par le GSRL (UMR 8582) en deux pôles, “Mémoire et résilience”, et “Enjeux épistémologiques et théoriques”.

 

La francophonie interroge les ancrages religieux, et nourrit des circulations. Le pôle “mémoire et résilience” s’intéresse plus particulièrement à la religion en francophonie comme répertoire de ressources, et à l’enjeu de la recomposition des identités narratives à l’épreuve de la transnationalité. Les objectifs scientifiques de ce pôle “mémoire et résilience” sont pensés pour se coordonner avec la Plateforme “Mémoire et résilience” du CAMPUS CONDORCET.

Le religieux en francophonie comme répertoire de ressources

-La ressource numérique : en coordination avec l’axe transversal “Religion et numérique”, l’objectif est d’inventorier et d’analyser les vecteurs numériques qui reconfigurent, depuis les années 1990, l’espace religieux francophone. La langue française en partage induit, via le numérique, une bascule du champ national vers le champ francophone transnational.

-La ressource liturgique : en matière liturgique, notamment dans les différentes Eglises chrétiennes, la musique participe des répertoires partagés de la francophonie. Depuis le XIXe siècle, comment circule cette musique dans l’espace francophone ? Quels sont ses effets en matière de cloisonnement/décloisonnement des identités religieuses?

-La ressource institutionnelle : depuis la décolonisation, la francophonie a été soumise à un processus d’institutionnalisation. Comment les religions de l’espace francophones se sont-elles inscrites dans ce processus? De grands réseaux, comme l’Alliance Israélite universelle, se sont constitués d’emblée à l’échelle de toute la francophonie. Entre institutions, organisations, réseaux souples, quelle typologie? Quelle tension entre institutions religieuses et identités linguistiques ?

-La ressource du capital social : l’aire francophone éclaire sous un nouveau jour les circuits d’entraide transnationaux qui contribuent à irriguer les sociabilités religieuses. Les transferts financiers opérés via les solidarités religieuses francophones, le rôle des médias religieux, les expertises partagées, les logiques d’endogamie/exogamie…. Autant de champs d’observation.

Religieux en francophonie & identité narrative (Ricoeur)

-L’identité par la mémoire du groupe : la « religion pour mémoire » s’appuie sur un référentiel traditionnel et une transmission générationnelle qui n’est pas vouée à la stabilité d’un périmètre territorial. Les « racines » sont aujourd’hui portatives. Quelles recompositions ?

-L’identité par le choix de l’expression francophone : l’espace francophone est multilingue. La langue française n’y est ni hégémonique, ni exclusive. Dans ces configurations plurilinguistiques, quels choix orientent les acteurs vers la langue française ?

-L’identité par la conversion : sur l’identité narrative théorisée par Paul Ricoeur se greffent aussi les identités recomposées sous le prisme des conversions. Du colonial au postcolonial, quelles formes, quels enjeux, quelles temporalités du changement religieux en francophonie ?

-L’identité par le genre : entre résistances, recompositions, innovation, les modes d’appropriation genrée de l’identité religieuse dans les espaces francophones coloniaux et postcoloniaux constituent un passionnant terrain d’enquête.

 

Le second pôle de ce programme s’intéresse à la place de la production scientifique francophone dans les approches globales du religieux. Penser cette histoire incite à opter pour une approche comparée des historiographies religieuses et nationales, des régimes d’historicités, de l’autonomisation des sciences religieuses, des temporalités, proposant ainsi une nouvelle échelle d’analyse de la globalisation du religieux.

Vers une histoire globale et francophone du religieux contemporain?

– Sources de la connaissance des religions et religiosités contemporaines : à l’heure où les humanités numériques tendent à s’imposer comme une méthode de recherche et comme des ressources incontournables, nous chercherons à dresser un état des lieux de la documentation francophone accessible sans être toujours connue ou valorisée.

– Penser les espaces et les réseaux religieux francophones : le monde francophone se déploie en sous-ensembles invitant à des études comparées de la pluralité religieuse (territoire ultra-marin, ex-colonie, etc.). Quant aux villes francophones, montreraient-elles encore des spécificités dans l’organisation spatiale et dans la gestion de la pluralité religieuse ?

– Francophonie et religions du monde (étude de la pluralité, gestion du pluralisme) : l’étude de la pluralité religieuse, en tant que caractéristique de la mobilité des hommes et de la globalisation des religions du monde, incite aussi à comparer les processus d’intégration et de reconnaissance juridique des organisations religieuses. Par exemple, comment le bouddhisme se structure aujourd’hui en France, Suisse, Belgique, Canada et quel est son statut ?

Production scientifique: la langue scientifique entre impérialisme et universalisme

Histoires religieuses comparées: Comment l’histoire des religions a-t-elle évolué depuis le milieu du XIXe siècle, puis tout au long de l’époque coloniale, au moment où s’affirme l’émergence simultanée des sciences historiques et des sciences religieuses ? Des savoirs religieux contemporains jusqu’à une histoire sécularisée et plurielle, un parcours à décrypter.

– Epistémologies du religieux : la fabrique du lexique francophone du religieux ouvre un autre champ de recherche, appelé à tenir compte de et l’insertion des vocabulaires vernaculaires dans le langage scientifique. Les études menées sur les transferts culturels, sur l’histoire conceptuelle sont là pour nous aider à penser cette définition des lexiques mobilisés.

– Modernités et contemporanéités en question : en prolongement, c’est la question des modernités multiples (S. Eisenstadt) qui peut être réexaminée. Au travers des recompositions sociales, culturelles et religieuses de la francophonie après les décolonisations, c’est aussi la question du rapport à “l’universel” qui peut se trouver interrogée, avec, par exemple, l’hypothèse d’une relecture de la modernité à travers un “pluriversalisme” postcolonial, ou des “altermodernités (Hardt et Negri, Citton).

Mode de fonctionnement

Le mode opératoire de ce programme de recherche en sciences humaines et sociales (SHS) porté par le laboratoire GSRL (UMR 8582) repose sur un principe général : multiplier les transversalités et opérations mutualisées, d’abord avec les autres programmes et axes du laboratoire, ensuite avec des partenaires scientifiques.

Nous fonctionnerons ensuite sur la base de trois modalités.

-Tout d’abord, des réunions régulières, tenues toutes les cinq semaines environ, et faisant l’objet d’un compte-rendu (avec publication sur ce Carnet Hypothèses).

-Ensuite, des journées d’études seront organisées, et un colloque prévu dans trois ans, avec des partenaires scientifiques issus des universités de la francophonie, ainsi qu’avec des partenaires institutionnels tels que le MAE, la Maison des étudiants de la Francophonie (Cité Internationale), l’Agence Universitaire de la Francophonie ou l’Institut Convergences Migrations.

-Enfin, l’objectif du programme est aussi d’initier et favoriser des enquêtes de terrain et opérations de recherche (contrats doctoraux, post-doctoraux), notamment en s’articulant aux objectifs “Horizons Europe 2030” (projets blancs, ERC).

En favorisant de nouvelles collaborations, notamment avec des partenaires de la très vaste francophonie sub-méditerranéenne (universités africaines).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search