Réunion n°9 programme ReliF, 19/06/2024 (invitation)

Chères amies, chers amis du programme “Religions et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°9 du programme GSRL “Religion et Francophonie”, co-organisé avec le programme GSRL “Laïcités, Religions et politique (responsables : Philippe Portier et Jean-Paul Willaime)

La séance aura lieu le mercredi 19 juin 2024 de 10H à 12H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers), avec Jacob Legault-Leclair comme orateur invité.

Jacob Legault-Leclair est doctorant en sociologie à la University of Waterloo et boursier doctoral Joseph-Armand-Bombardier (BÉSCD). Il est présentement en visite doctorale à l’Institut de sciences sociales des religions de l’Université de Lausanne où il y rédige sa thèse intitulée Transition séculière et transmission de la religion au Canada et en Europe : une analyse quantitative de la socialisation religieuse au sein de la famille.

Nous aurons le plaisir de l’écouter sur le sujet suivant :

La transmission religieuse au sein de la famille au Canada et en Europe. Constats démographiques et analyses sociologiques.

Cette présentation aura pour objectif d’analyser l’effet de la socialisation parentale sur la transmission intergénérationnelle de la religion et du niveau de religiosité au Canada et en Europe (Italie, Finlande, Allemagne, Hongrie).

En basant son analyse sur la théorie du remplacement par cohorte, Jacob Legault-Leclair va quantifier le changement intergénérationnel de religiosité. Cette présentation de données empiriques utilisera une base inédite tirée d’un sondage international – The Transmission of Religion Across Generations. Ainsi, il se propose de comparer, entre les pays, ce qui permet aux différentes familles de transmettre ou non leur religiosité d’une génération à l’autre. Il portera mon regard sur les conséquences de la pratique religieuse et de la socialisation lors de l’enfance.

Ce qui lui permettra de comparer la reproduction du religieux au sein de la famille et à travers différents pays en fonction des générations.

Un rapide tour de table précédera l’exposé, suivi d’un temps de questions. 

Venez nombreux ! 

Pascal et Sébastien

 

Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 10.06.2024

Lors de la réunion tenue ce lundi 10 juin 2024 (la 8e du cycle), notre programme RELIF a eu le plaisir d’échanger avec Christel Zogning Meli, membre fondatrice du laboratoire CARES, coordinatrice du Certificat d’Etudes Afropéennes (FUTP) et doctorante.

Après le tour de table habituel, et quelques ajustements techniques (avec Antoine Vermande aux manettes, merci à lui), Christel Zogning Meli a pris la parole, en illustrant son propos par une projection Powerpoint, pour traiter le sujet suivant :

« Afropéanité, religion et francophonie, la fabrique d’un concept à l’épreuve d’une étude de terrain bruxelloise».

Onze personnes (dont cinq par visioconférence, incluant notamment notre collègue et ancien directeur du GSRL Jean-Paul Willaime) ont participé à la séance.

Christel Zogning Meli a structuré sa présentation en deux parties.

Elle a commencé par présenter le laboratoire CARES et la fabrique d’un concept, celui d’afropéanité, entre catégorie descriptive et outil d’analyse. Cette notion émerge une première fois vers la fin des années 1980, dans certains milieux artistiques. Au cours de la décennie 1990, le groupe belge Zap Mama, dans son premier album Adventures in Afropea, reprend le terme en le renvoyant à l’imaginaire, un territoire fictionnel. Peu à peu, différents acteurs du champ concerné vont à leur tour s’approprier le mot pour cerner une réalité singulière, celle d’un vécu racialisé, en situation de minorité en Europe, qui fait converger la conscience d’une ascendance africaine subsaharienne, une “condition noire” (Pap Ndiaye), et une expérience sociale ancrée en Europe.

Les apports de l’écrivaine Leonora Miano, qui a beaucoup réfléchi sur la question au travers de l’essai, du roman, de la nouvelle, sont soulignés. Dans un document 2022, le CARES, basé à Bruxelles, définit les Afropéennes et les Afropéens comme « d’origine africaine subsaharienne et méditerranéenne, nées et/ou ayant grandi en Europe, porteuses d’un double héritage, européen et africain ».

Christel Zogning Meli souligne que les personnes concernées ne revendiquent pas forcément le terme, mais que cette catégorie permet d’expliciter une situation et un vécu partagé par beaucoup. Christel Zogning Meli fait comprendre, dans la première partie de son exposé, l’expérience afropéenne, celle d'”être frontaliers”, traversés par des fractures ethniques, religieuses, partagés entre la socialisation en Europe et la part de l’héritage culturel africain, qui ont vocation à être des passerelles, des médiateurs, dans un espace pluriel où il faut régulièrement affronter le racisme et les discriminations sur la base du phénotype. On apprend au passage que Bruxelles est la seconde ville la plus multiculturelle du monde après Dubaï.

Dans la seconde partie de son exposé, Christel Zogning Meli développe ensuite la question du rapport entre afropéanité et religion à l’épreuve d’une étude de terrain à Bruxelles auprès de deux grandes associations, et de l’itinéraire de figures fédératrices, influentes et militantes, comme l’autrice et youtubeuse Kirafiki Mbog, avec trois types de rapports au christianisme : tantôt la parole est portée à partir du référent chrétien (plutôt évangélique/charismatique), tantôt elle sort du christianisme pour opter pour une posture néotraditionaliste qui valorise un “retour” aux spiritualités africaines, tantôt elle bricole une approche synchrétique qui combine (ou superpose) christianisme et religiosité africaine néotraditionnaliste (référence à Maat, à l’Egypte antique).

Christel Zogning Meli a décortiqué les options et dilemmes identitaires manifestés, en pointant aussi les effets de génération (générations 2, 1.5, 1) et l’enjeu du choix, ou non, de changer son nom. L’oratrice a ensuite mis en perspective cette enquête qualitative avec des données quantitatives issues d’une remarquable enquête financée en 2017 par la Fondation du Roi Leopold.

Où l’on apprend notamment que les Afrodescendants sont surdiplomés par rapport à la moyenne de la population belge, mais aussi surdiscriminés, principalement en raison de leur couleur de peau (phénotype noir), mais aussi en raison de leur origine présumée. 95% des personnes interrogées ont une religion, dont 42% de catholiques, 35% de protestants, 15% de charismatiques et 13% de musulmans.

Une conférence également suivie en visio

Un riche temps de questions a suivi l’exposé, illustrant la fécondité épistémologique de l’enquête présentée, avec des réponses détaillées et éclairantes apportées par Christel Zogning Meli. Parmi les points évoqués, la question de la réception, par les enquêtés, du regard de l’enquêtrice, a perspective d’études comparées (y compris avec l’Asie), l’enjeu des langues vernaculaires africaines et le recours fédérateur à une langue française décolonisée, les scénarios à venir face à la montée naissante du néotraditionalisme afrocentré…

Une discussion s’est ouverte aussi autour de l’enjeu, soulevé par Jean-Paul Willaime, de l’interprétation de la sortie du christianisme, avec ce paradoxe : le centre de gravité du christianisme francophone est aujourd’hui africain. Sortir du christianisme au nom d’une africanité traditionnelle, n’est-ce pas, au lieu de se démarquer, une manière de suivre la voie de beaucoup d’Européens contemporains, qui sont sortis en masse du christianisme ?

Réunion n°8 programme ReliF, 10/06/2024 (invitation)

Chères amies, chers amis du programme “Religions et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°8 du programme GSRL “Religion et Francophonie”.

Elle aura lieu le lundi 10 juin 2024 de 14H à 16H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers), avec Christel Zogning Meli comme oratrice invitée.

Christel Zogning Meli (CARES Bruxelles)

ORDRE DU JOUR :

1/ Tour de table, échange de nouvelles (publications, colloques, appels à com etc.)

2/ Exposé de Christel Zogning Meli (CARES, coordinatrice du nouveau certificat d’études afropéennes, FUTP Bruxelles) sur “Afropéanité, religion et francophonie : la fabrique d’un concept à l’épreuve d’une étude de terrain bruxelloise

Le site du nouveau laboratoire CARES, en Belgique, définit l’identité afropéenne de la manière suivante : « Est dite afropéenne une personne d’ascendance subsaharienne, née ou ayant grandi en Europe, dépositaire à la fois de son vécu européen mais aussi d’un héritage culturel africain qu’elle entend assumer. L’Afropéen émerge dans un univers mondialisé marqué par les processus d’hybridation et de métissage, tiraillé entre les traditions héritées et les orientations politiques culturelles et sociales que lui imposent le devoir d’intégration dans le pays d’accueil » (référence : site : https://caresbrussels.org/certificat-universitaire/).

Sur la base de ce référentiel mixte, la Faculté universitaire de Théologie protestante (FUTP) de Bruxelles a mis en place, pour l’année universitaire 2023-24, une première mondiale : un certificat universitaire d’études afropéennes, appuyé sur l’expertise des sciences sociales. Christel Zogning Meli (CARES), qui en est la coordinatrice, vient nous en apprendre davantage sur cette initiative originale, en croisant les enjeux d’identité afropéenne avec la question des apportenances religieuses, de la sécularisation, et de la francophonie. Elle nous présentera également les résultats d’une enquête de terrain réalisée à Bruxelles.

3/ Questions et échanges au sujet de l’exposé de Christel Zogning Meli. Venez nombreux !

Pascal et Sébastien, pour le GSRL

Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 24.05.2024

Lors de la réunion tenue ce vendredi 24 mai 2024 (la 7e du cycle), notre programme RELIF a eu le plaisir d’échanger avec Antony Boussemart, notamment co-président de l’Union Bouddhiste de France (UBF). Après le tour de table habituel, et quelques ajustements techniques (merci encore à Antoine Vermande), Antony Boussemart a pris la parole, appuyé par une projection Powerpoint, pour traiter le sujet suivant :

« La fabrique d’un bouddhisme pluriel, francophone et de France ».

Douze personnes (dont trois par visio) ont participé à la séance.

Antony Boussemart a commencé par détailler l’histoire de l’implantation du bouddhisme en France, nourrie en particulier par l’impact de la Première Guerre Mondiale. Une première pagode est bâtie à Fréjus en 1917. Le développement du bouddhisme en France s’appuie ensuite surtout sur plusieurs vagues d’immigration asiatique depuis les années 1960. L’orateur s’est ensuite penché sur la création de l’Union Bouddhiste de France (UBF). Fondée en 1986, l’UBF fêtera ses 40 ans dans deux ans. A partir de son siège, basé à la grande pagode de Vincennes, l’UBF regroupe aujourd’hui une centaine d’associations/congrégations, dont certaines atteignent ou dépassent le millier de membres. C’est déjà significatif, au vu de la jeunesse de ce réseau, même si le volume total des personnes qui, en France, se réclament du bouddhisme, dépasse très largement ce périmètre, puisqu’on estimerait les bouddhistes, en France, à au moins 800.000 personnes, voire un million de pratiquants, sans compter un cercle plus élargi qui peut ponctuellement se référer au bouddhisme, ou télécharger l’application téléphonique Petit Bambou afin de nourrir sa méditation.

Antony Boussemart a ensuite détaillé les prérogatives de l’UBF et son mode de fonctionnement, en soulignant qu’il ne s’agit pas d’une institution dotée d’un pouvoir, mais d’une structure souple qui crée du lien et contribue à « faire apparaître sur les radars la diversité du bouddhisme en France ».

De fait, l’UBF fait tout son possible pour proposer une parole et une réflexion bouddhiste dans le cadre des protocoles de relations mis en place entre les pouvoirs publics et les grandes religions de France, notamment via la CRCF (Conférence des Responsables de Culte de France), et au travers de rencontres régulières avec le Bureau des Cultes (Ministère de l’Intérieur). L’UBF a ainsi participé, dernièrement, aux consultations au sujet de la fin de vie (projets d’aide active à mourir). Au fil de son processus de structuration, l’UBF a été conduite à ouvrir une aumônerie carcérale dès 2012, hospitalière en 2013. Un projet d’aumônerie militaire est en cours. L’UBF est également responsable de la ligne éditoriale de l’émission « Sagesses Bouddhistes » sur France 2 le dimanche matin, qui bénéficie d’un montant record de visionnages en replay (400.000 vues en moyenne).

Quelle est la fabrique identitaire de ce bouddhisme pluriel en France, fortement marqué par l’immigration asiatique ? Sans faux-semblants, Antony Boussemart décrit un lent processus culturel et linguistique qui nourrit tantôt mixité d’offres bouddhistes (comme à Rennes, cas évoqué par Philippe Portier lors d’une question posée), soit effets de génération. Beaucoup de réseaux bouddhistes n’éprouvent pas le besoin de participer à l’UBF, et fonctionnent sur une logique d’enclave diasporique. D’autres jouent la carte de l’UBF. C’est en particulier le cas d’associations du Cambodge (4 centres affiliés), du Laos (un centre), de la Thailande (5 centres) et du Vietnam (11 centres). S’ajoutent aussi le Japon (11 centres) et le Tibet (41 centres). L’Inde et la Chine, en revanche, ne sont pas représentés à ce stade, tout en déployant des réseaux propres, « en vase clos » sur le territoire français.

Un riche temps de questions a suivi l’exposé, avec des réponses détaillées apportées par Antony Boussemart, notamment sur les perspectives futures d’un « bouddhisme à la française » (comme il peut y avoir un bouddhisme coréen ou vietnamien), ou les projets de professionnalisation de la structure d’encadrement de l’UBF.

Avec en filigrane, dans deux ans, les 40 ans de l’UBF, et, pourquoi pas, un colloque scientifique à la clef ?

Réunion n°7 programme ReliF, 24/05/2024 (invitation)

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°7 du programme GSRL “Religion et Francophonie”, avec l’intervention d’Antony Boussemart (Union bouddhiste de France, UBF). La séance aura lieu le vendredi 24 mai 2024 de 14H à 16H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, GSRL, Campus Condorcet, Aubervilliers). Diplômé en japonais des Langues ’O (titulaire d’un DEA portant sur l’impact des mesures antibouddhiques au Koyasan entre 1868 et 1880), Antony Boussemart arborde aujourd’hui deux casquettes, professionnelle et associative. Il travaille ainsi pour la bibliothèque de l’EFEO, notamment en charge du fonds japonais. Depuis 2021, il occupe en parallèle les fonctions de co-président de l’Union Bouddhiste de France en charges des relations dites “externes” (pouvoirs publics, médias, autres cultes, etc.). L’UBF est l’interlocuteur des pouvoirs publics sur toutes les questions touchant au bouddhisme dans notre pays. Aujourd’hui 4e religion en France, l’UBF est de plus en plus sollicitée pour mieux faire connaître auprès du public les spécificités du bouddhisme. Cela se traduit par la participation à des rencontres régulières avec les autorités de l’Etat (gouvernement, parlement, ministères, etc.), mais aussi à des tables-rondes sur des thématiques vis-à-vis desquelles le bouddhisme propose une vision singulière (bioéthique, fin de vie, la laïcité, etc.). La transmission passe également par la rédaction d’articles aussi bien dans des médias grand public (F2, France Culture), que des publications plus académiques.

***

Antony Boussemart assure le cours sur les fondements du bouddhisme intégré au cursus du DU « Cultures et spiritualités d’Asie » de l’Institut catholique de Paris. Il intervient également dans le cadre de la formation “Emouna : l’amphi des religions”, portée par Sciences Po.

***

Son exposé dans le cadre du programme Religion et Francophonie portera sur le sujet suivant : “la fabrique d’un bouddhisme pluriel, francophone et de France” Le bouddhisme en France est partagé entre des bouddhismes français et francophones, acculturés et dans une certaine mesure occidentalisés, et des bouddhismes de France, issus de l’immigration. L’Union Bouddhiste de France (UBF) joue, dans un cette perspective, un rôle de creuset permettant la rencontre de traditions différentes. Comment fonctionne cette institution ? Quelle est son histoire et son périmètre d’influence ? Comment l’UBF négocie-t-elle l’enjeu du plurilinguisme et de l’apprentissage de la langue française ? Co-président de l’UBF, Antony Boussemart nous invite à mieux appréhender la fabrique d’un bouddhisme pluriel, francophone et “de France” au travers d’une institution représentative en plein développement.

Programme RELIF (GSRL), compte-rendu de la réunion du 21.03.2024

Devant une assistance de huit personnes présentes sur place, et quatre connectées, cette réunion du programme RELIF, impulsée par l’axe transversal GSRL « Religion et numérique » qui a efficacement co-organisé la séance, a nourri de riches échanges autour de l’enjeu des « ressources numériques francophones vues du Vietnam : de l’isolat à la mise en réseaux ».

Pascal Bourdeaux (EPHE-PSL), orateur du programme RELIF (21/03/2024)

VALEASE, Humanités numériques vietnamiennes francophones

Pascal Bourdeaux (EPHE-PSL, coresponsable du programme RELIF) a ouvert le ban en brossant une synthèse très complète des ressources archivistiques, numériques ou non, qui alimentent le travail de l’historien du Vietnam contemporain. Il a en particulier présenté le programme VALEASE (Valorisation de l’Ecrit en Asie du Sud-Est), en soulignant que cette approche ne relève pas d’une nostalgie coloniale de l’Indochine. Au contraire, elle fait ressortir, via des archives héritées de l’époque coloniale, un patrimoine historique national commun.

Ces sources ne sont pas des sources françaises. Elles font partie du patrimoine vietnamien, et sont à étudier comme telles. Les archives religieuses permettent par ailleurs d’éclairer bien autre chose que la religion : elles peuvent apporter une précieuse contribution à l’histoire sociale, démographique, culturelle du Vietnam.

Après le programme VIETNAMICA (projet ERC mené à bien), qui, lui, portait sur la langue vernaculaire, l’idée est ici de travailler sur les sources francophones, en s’adaptant à la révolution numérique qui induit une déterritorialisation de l’accès aux sources. Loin de se limiter à inventorier avec précision les nombreux fonds d’archives, numérisées ou non, qui attendent le chercheur, Pascal Bourdeaux a soulevé de nombreux enjeux méthodologiques et théoriques, et plaidé pour une mise en réseau croissante des centres d’archives et des bibliothèques, pour nourrir une arborescence du savoir historique sur le Vietnam contemporain. Il a souligné au passage que les sources en langue française, mais aussi en langue portugaise ou italienne, par exemple, contribuent aussi à ouvrir une lucarne sur le Vietnam précolonial.  

Nguyen Ngoc Giang présente ses travaux, Programme RELIF, 21/03/2024

Explorer le Bulletin de la Société des Etudes Indochinoises

Un vaste chantier s’est ouvert, dont Nguyen Ngoc Giang, titulaire d’un master de recherche en humanités numériques, a donné ensuite un aperçu détaillé au travers d’un dossier spécifique. Sous la direction de Pascal Bourdeaux et de Marc Bui (EPHE / PSL),  elle a procédé, grâce à des outils logiciels, à « l’exploration numérique d’un corpus scientifique d’époque coloniale : le Bulletin de la Société des Etudes Indochinoises (1883-1975) ».

Ce corpus impressionnant, déployé sur une période de 92 ans, représente 225 numéros de revue, et des milliers de contributeurs.  Pour l’appréhender, Nguyen Ngoc Giang a suivi une formation spécifique, qui lui a permis d’utiliser les algorithmes pour rechercher les thématiques plus plus traitées, via Top 2Vec, par exemple, ou le modèle KRAKEN (logiciel open source), qui peut fonctionner sur un mode multilingue.

Ce dernier modèle, testé sur 700 pages en français, 400 pages en quocngu (vietnamien), et 500 pages en français et quocngu, s’est révélé d’une fiabilité remarquable (supérieure à 90%). En matière religieuse, quel est le mot clef qui ressort le plus souvent au terme d’un travail de « Topic Modelling » effectué sur le Bulletin de la Société des Etudes Indochinoises ? C’est celui d’offrande. Nguyen Ngoc Giang souligne, au fil de son exposé, combien ces approches sérielles sont utiles, mais à condition d’être complétées par un travail manuel et qualitatif qui permet au chercheur d’affiner les outils numériques, et d’éviter les erreurs d’interprétation, à partir, notamment, de la sémantique historique.

Stimulée par l’introduction / présentation effectuée par Johan Rols (GSRL / INALCO), une riche discussion s’est poursuivie, croisant enjeu de la francophonie (une langue liée à la colonialité, mais pas seulement) et défi de la numérisation, et de la (re) fabrique de la source, qui peut certes à la fois démocratiser l’accès aux documents d’archive, mais aussi accentuer le contrôle sur ces mêmes sources.

Réunion n°6 programme ReliF, 21/03/2024 (invitation)

Chères amies, chers amis du programme RELIF,


Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°6 du programme GSRL “Religion et Francophonie”, en collaboration avec le programme Religion et Numérique qui a pris l’initiative de cet événement.

Cette réunion permettra de croiser, sous l’angle des humanités numériques, les enjeux croisés de la réflexion sur les corpus d’archives francophones et des spécificités du travail sur les archives digitalisées.

La séance aura lieu le jeudi 21 mars 2024 de 10H à 12H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, GSRL, Campus Condorcet, Aubervilliers).

 Un lien visio vous sera communiqué pour celles et ceux qui ne peuvent pas se joindre à nous physiquement. Nous remercions Pascal Bourdeaux et Nguyên Thi Ngoc Giang de nous conduire dans la réflexion commune.

Thème : “Réflexion sur les ressources numériques francophones vues du Vietnam : de l’isolat à la mise en réseaux..


La séance sera animée par Johan Rols (GSRL, Inalco)

 

ORDRE DU JOUR

1/ Tour de table, échange de nouvelles (publications, colloques, appels à com etc.)

2/ Exposés de Pascal Bourdeaux (maître de conférences à l’EPHE-PSL, co-responsable du programme “Religion et Francophonie” au GSRL) et Nguyên Thi Ngoc Giang (diplômée de l’Ecole des Chartes, Master humanités numériques en septembre 2023)

Sujet  de l’exposé : Réflexion sur les ressources numériques francophones vues du Vietnam : de l’isolat à la mise en réseaux

L’idée principale qui sera développée par l’oratrice et l’orateur sera de proposer une réflexion générale, croisant francophonie et numérique, sur les corpus d’archives religieuses au Vietnam au travers d’une étude de cas: la revue orientaliste Bulletin de la société des études indochinoises (1880-1975).

3/ Débat, discussions sur l’exposé

Venez nombreux !

Pascal Bourdeaux et Sébastien Fath

Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 13.03.2024

‌‌

Après le tour de table habituel, et quelques ajustements techniques (merci Antoine Vermande), les professeurs Kae Amo (Université de Kyoto) et Naoki Kashio (Université de de Keio) nous ont conduits dans 3H30 d’échanges passionnants, au travers de leur « regard japonais sur la vie religieuse en Afrique de l’Ouest francophone ».

Professeure Kae Amo, Programme RELIF, GSRL, 13 mars 2024

Appuyée par un diaporama Powerpoint très éclairant, Kae Amo a traité du sujet suivant : L’islam, la politique et la transformation de la notion d’élite au Sénégal”. L’oratrice a commencé par développer des considérations méthodologiques et épistémologiques, au cours desquelles elle a présenté ses 10 ans de terrain au Sénégal, puis elle a déployé une minutieuse analyse socio-historique, à partir d’un retour sur la « politique musulmane » de la France et ses spécificités en AOF, avec l’enjeu de la formation des élites (y compris sur le plan religieux). Elle s’est appuyée sur une description fine, et illustrée, du terrain, où se croisent problématiques religieuses et économiques (marabouts des arachides).

Après la décolonisation, dans un contexte où l’islam confrérique rassemble 80% des musulmans du Sénégal, les élites se sont transformées progressivement au gré des mutations plus larges qui ont marqué la société sénégalaise : l’exode rural et l’urbanisation jouent leur rôle, ainsi que, plus récemment, la révolution numérique, qui modifie le statut du disciple en réduisant sa dépendance à l’égard du savoir du maître, du marabout, du cheikh. Entre langue française, très largement utilisée, et langue arabe (celle du Coran), les répertoires mourides et réformistes se recomposent également, avec des cercles d’appartenance qui s’interpénètrent et se chevauchent.

Professeur Naoki Kashio, Programme RELIF, GSRL, 13 mars 2024

Naoki Kashio a ensuite pris la parole pour présenter son « approche théorique des valeurs spirituelles : Mahikari en Côte d’Ivoire ». Il a commencé par retracer l’histoire de ce mouvement spirituel japonais contemporain, proposant « Lumière et Vérité » à partir d’une initiation qui repose notamment sur la pratique de la position des mains (et non imposition) sur 27 points vitaux. Un élément clef, au terme de l’initiation élémentaire, est la remise de l’omitama, pendentif métallique qui a pour fonction d’assurer la bonne connection et réception de la lumière spirituelle. Née dans les années 1950, cette nouvelle offre religieuse s’est implantée rapidement en Côte d’Ivoire, sur la base d’un recours exclusif à la langue française (sauf pour les récitations et les chants -style « tanka » japonais-).

Dès août 1975, un premier stage Mahikari est proposé à Abidjan avec 24 participants, sous l’impulsion d’une adepte, Hadifé, venue de Marseille. Un dojo est créé en bonne et due forme dès 1977. Il est déplacé à Cocody en 1985, puis à Angré II Plateaux. En 1995, on comptait déjà 2500 adeptes de Mahikari pour toute la Côte d’Ivoire. Les raisons de son succès ? D’un côté, Mahikahi renvoie à un animisme latent (se purifier d’esprits extérieurs, omitama utilisé comme fétiche), de l’autre, il est travaillé par un processus d’éthicisation, qui internalise la responsabilité plutôt que de rejeter l’étiologie du mal sur des causes extérieures (esprits). Il représente en quelque sorte un « syncrétisme implicite » qui intègre la perspective monothéiste : « Le fétichisme et le monothéisme sont aussi interdépendants que le serpent ouroboros, dans le Mahikari ».

Des échanges nourris avec l’auditoire

Enfin, devant une assistance de dix personnes en présentiel, et de huit personnes en distantiel, les professeurs Kae Amo et Naoki Kashio ont poursuivi le débat à partir des nombreuses questions posées. L’occasion, notamment, de s’interroger sur l’image et le rôle du Japon en Afrique de l’Ouest.

Doté d’une image très positive, le Japon apparaîtrait comme porteur d’une modernité alternative à l’impérialisme occidental (que le Japon a combattu), conciliant références et pratiques religieuses très anciennes (dont le culte des ancêtres) avec la technologie la plus avancée. Naoki Kashio fait par ailleurs observer que la Côte d’Ivoire est surnommée le « Japon de l’Afrique de l’Ouest », ce qui constitue pour les Ivoiriens un titre de fierté.

Réunion n°5, programme ReliF (invitation), 13 mars 2024



Chères amies, chers amis du programme RELIF,


Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°5 du programme GSRL “Religion et Francophonie”. En collaboration avec le programme Asie du GSRL, elle aura lieu le mercredi 13 mars 2024 de 14H à 16H en salle 5.001 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers).

Thème : « Deux regards japonais sur la vie religieuse en Afrique de l’Ouest francophone »



ORDRE DU JOUR :


1/ Tour de table, échange de nouvelles (publications, colloques, appels à com etc.)

2/ Exposé de Kae Amo (professeure adjointe à l’Université de Kyoto, Japon) sur “L’islam, la politique et la transformation de la notion d’élite au Sénégal

Revisitant l’histoire contemporaine du Sénégal, cette présentation met en lumière comment la notion d’élite – francophone et/ou musulmane – s’est produite et s’est transformée au cours des deux derniers siècles.
Il s’agira tout d’abord de comprendre le contexte historique de la colonisation et celui de la « politique musulmane » de la France. Kae Amo traitera ensuite de l’évolution du contexte politique après l’indépendance, notamment à partir des années 1980. On découvrira que les changements survenus durant cette période ont radicalement transformé la notion d’élite. Enfin, l’intervention mettra l’accent sur la diversification de la nouvelle génération d’élites francophones et musulmanes. Leurs profils et parcours sont de plus en plus variés. Certains sont plus ou moins détachés de leur communauté confrérique traditionnelle, et ont parfois étudié en Europe. D’autres ont étudié dans les pays arabes et cherchent à se retrouver au sein de la tariqa (communauté confrérique). Quand d’autres encore sont de « purs produits locaux », formés essentiellement dans les villes religieuses (Touba, Tivaouane) mais parfaitement bilingues. En outre, l’usage du numérique et la maîtrise des réseaux sociaux caractérisent ces jeunes croyants plus que jamais en phase avec leur époque.

3/ Exposé de Naoki Kashio (Professeur associé, Faculté de lettres, Keio Université, Science of Religions and Spirituality) sur ” « Approche théorique des valeurs spirituelles : Mahikari en Cote d’Ivoire »

Naoki Kashio, qui a été Directeur d’études invité de l’Ecole Pratique Hautes Etudes et Chercheur invité du CNRS en 1997-1998, nous ouvrira de nouvelles pistes de réflexion sur l’implantation en Afrique de l’Ouest de Mahikari, Nouveau Mouvement Religieux japonais fondé en 1959.




Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 26.01.2024

 

Après l’aide technique précieuse d’Antoine Vermande pour l’installation de la visio (qui a bénéficié à quatre personnes connectées), la quatrième séance du programme Religion et Francophonie (RELIF) a commencé, comme à l’habitude, par un tour de table. Les huit personnes en présentiel, et les quatre personnes qui participent en distantiel, se sont présentées. L’occasion a permis d’échanger sur travaux en cours, retours de voyage et publications en perspective, tout en faisant connaissance avec de nouveaux participant.e.s.

Puis les organisateurs remercient vivement Fatiha Kaoues (CNRS, GSRL), discutante, et Julien Argoud, doctorant CERI/ScPo (sous la direction de Philippe Portier et Stéphane Lacroix)  (en 2e année de thèse) qui a accepté, après quatre mois de terrain sur place au Maroc, de nous partager ses travaux en cours, avec l’intitulé suivant :  « Comprendre la restructuration du champ chrétien au Maroc à la lumière de la conversion de l’islam au christianisme »

L’orateur commence à poser des éléments de contexte, notamment la présence significative (mais non quantifiable précisément) de Marocaines et Marocains chrétiens. Il pointe aussi l’interdiction du prosélytisme, et l’incompatibilité de principe entre la citoyenneté marocaine et la religion chrétienne. On peut être Marocain et musulman, éventuellement Marocain et juif, mais il n’est pas possible d’être Marocain et chrétien. Dans le cadre d’un “islam du juste milieu” (al wassatiya), la répression contre les convertis n’est cependant pas intense (même si on note quelques arrestations), dès lors qu’une certaine discrétion est affichée par les chrétiens marocains. Il évoque aussi ses sources, notamment (pour le moment) 24 entretiens avec d’anciens musulmans marocains convertis au christianisme, au Maroc et en France.

Julien Argoud développe ensuite un approche appuyée sur une logique d’échelle.

A l’échelle micro, celle de l’individu, il explique les différentes motivations qui peuvent présider à une conversion chrétienne, sans oublier le rôle des technologies (radio, il y a trente ans, réseaux sociaux d’internet aujourd’hui). Quelles sont les conséquences dans la vie des converti.e.s, dans un contexte où seul l’islam est ouvertement pratiqué par la population marocaine ?

A l’échelle méso, il aborde ensuite le rapport entre enjeu de la conversion chrétienne, les  institutions chrtétiennes officielles au Maroc (Eglise catholique, Eglise Evangélique (EEM), et les organisations chtétiennes non officielles au Maroc.

Il signale l’existence d’organisations officieuses d’Eglises marocaines de maison, dont les deux principales sont la Confédération des chrétiens marocains (tournée vers l’extérieur) et l’union des chrétiens marocains (qui repose sur le soutien local des fidèles, et qui lutte pour la reconnaissance).

Enfin, à l’échelle macro, Julien Argoud traite des relations entre les institutions, l’Etat et les acteurs confessionnels internationaux, avec une influence de la langue anglaise, de plus en plus pratiquée (en particulier dans la Confédération des chrétiens marocains). Les jeux de passage entre arabe dialectal, langue française et langue anglaise sont évoqués.

Un exposé passionnant qui a suscité de très riches échanges

 

Fatiha Kaoues (CNRS, GSRL), discutante (en visio), a ensuite poursuivi la réflexion par une reprise critique très stimulante qui a notamment ouvert de fructueuses pistes de comparaison avec l’Algérie voisine (et sa loi de 2006 sur le prosélytisme). De nombreuses questions ont suivi, réagissant aux multiples pistes soulevées par Julien Argoud (phénomène des “Eglises de café”, notamment, enjeu de la théologie politique, conflits de loyauté, place des femmes, etc.). Des questions et échanges très nourris, qui  témoignent de la richesse des travaux présentés par Julien Argoud.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search