Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 10.06.2024

Lors de la réunion tenue ce lundi 10 juin 2024 (la 8e du cycle), notre programme RELIF a eu le plaisir d’échanger avec Christel Zogning Meli, membre fondatrice du laboratoire CARES, coordinatrice du Certificat d’Etudes Afropéennes (FUTP) et doctorante.

Après le tour de table habituel, et quelques ajustements techniques (avec Antoine Vermande aux manettes, merci à lui), Christel Zogning Meli a pris la parole, en illustrant son propos par une projection Powerpoint, pour traiter le sujet suivant :

« Afropéanité, religion et francophonie, la fabrique d’un concept à l’épreuve d’une étude de terrain bruxelloise».

Onze personnes (dont cinq par visioconférence, incluant notamment notre collègue et ancien directeur du GSRL Jean-Paul Willaime) ont participé à la séance.

Christel Zogning Meli a structuré sa présentation en deux parties.

Elle a commencé par présenter le laboratoire CARES et la fabrique d’un concept, celui d’afropéanité, entre catégorie descriptive et outil d’analyse. Cette notion émerge une première fois vers la fin des années 1980, dans certains milieux artistiques. Au cours de la décennie 1990, le groupe belge Zap Mama, dans son premier album Adventures in Afropea, reprend le terme en le renvoyant à l’imaginaire, un territoire fictionnel. Peu à peu, différents acteurs du champ concerné vont à leur tour s’approprier le mot pour cerner une réalité singulière, celle d’un vécu racialisé, en situation de minorité en Europe, qui fait converger la conscience d’une ascendance africaine subsaharienne, une “condition noire” (Pap Ndiaye), et une expérience sociale ancrée en Europe.

Les apports de l’écrivaine Leonora Miano, qui a beaucoup réfléchi sur la question au travers de l’essai, du roman, de la nouvelle, sont soulignés. Dans un document 2022, le CARES, basé à Bruxelles, définit les Afropéennes et les Afropéens comme « d’origine africaine subsaharienne et méditerranéenne, nées et/ou ayant grandi en Europe, porteuses d’un double héritage, européen et africain ».

Christel Zogning Meli souligne que les personnes concernées ne revendiquent pas forcément le terme, mais que cette catégorie permet d’expliciter une situation et un vécu partagé par beaucoup. Christel Zogning Meli fait comprendre, dans la première partie de son exposé, l’expérience afropéenne, celle d'”être frontaliers”, traversés par des fractures ethniques, religieuses, partagés entre la socialisation en Europe et la part de l’héritage culturel africain, qui ont vocation à être des passerelles, des médiateurs, dans un espace pluriel où il faut régulièrement affronter le racisme et les discriminations sur la base du phénotype. On apprend au passage que Bruxelles est la seconde ville la plus multiculturelle du monde après Dubaï.

Dans la seconde partie de son exposé, Christel Zogning Meli développe ensuite la question du rapport entre afropéanité et religion à l’épreuve d’une étude de terrain à Bruxelles auprès de deux grandes associations, et de l’itinéraire de figures fédératrices, influentes et militantes, comme l’autrice et youtubeuse Kirafiki Mbog, avec trois types de rapports au christianisme : tantôt la parole est portée à partir du référent chrétien (plutôt évangélique/charismatique), tantôt elle sort du christianisme pour opter pour une posture néotraditionaliste qui valorise un “retour” aux spiritualités africaines, tantôt elle bricole une approche synchrétique qui combine (ou superpose) christianisme et religiosité africaine néotraditionnaliste (référence à Maat, à l’Egypte antique).

Christel Zogning Meli a décortiqué les options et dilemmes identitaires manifestés, en pointant aussi les effets de génération (générations 2, 1.5, 1) et l’enjeu du choix, ou non, de changer son nom. L’oratrice a ensuite mis en perspective cette enquête qualitative avec des données quantitatives issues d’une remarquable enquête financée en 2017 par la Fondation du Roi Leopold.

Où l’on apprend notamment que les Afrodescendants sont surdiplomés par rapport à la moyenne de la population belge, mais aussi surdiscriminés, principalement en raison de leur couleur de peau (phénotype noir), mais aussi en raison de leur origine présumée. 95% des personnes interrogées ont une religion, dont 42% de catholiques, 35% de protestants, 15% de charismatiques et 13% de musulmans.

Une conférence également suivie en visio

Un riche temps de questions a suivi l’exposé, illustrant la fécondité épistémologique de l’enquête présentée, avec des réponses détaillées et éclairantes apportées par Christel Zogning Meli. Parmi les points évoqués, la question de la réception, par les enquêtés, du regard de l’enquêtrice, a perspective d’études comparées (y compris avec l’Asie), l’enjeu des langues vernaculaires africaines et le recours fédérateur à une langue française décolonisée, les scénarios à venir face à la montée naissante du néotraditionalisme afrocentré…

Une discussion s’est ouverte aussi autour de l’enjeu, soulevé par Jean-Paul Willaime, de l’interprétation de la sortie du christianisme, avec ce paradoxe : le centre de gravité du christianisme francophone est aujourd’hui africain. Sortir du christianisme au nom d’une africanité traditionnelle, n’est-ce pas, au lieu de se démarquer, une manière de suivre la voie de beaucoup d’Européens contemporains, qui sont sortis en masse du christianisme ?

Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 26.01.2024

 

Après l’aide technique précieuse d’Antoine Vermande pour l’installation de la visio (qui a bénéficié à quatre personnes connectées), la quatrième séance du programme Religion et Francophonie (RELIF) a commencé, comme à l’habitude, par un tour de table. Les huit personnes en présentiel, et les quatre personnes qui participent en distantiel, se sont présentées. L’occasion a permis d’échanger sur travaux en cours, retours de voyage et publications en perspective, tout en faisant connaissance avec de nouveaux participant.e.s.

Puis les organisateurs remercient vivement Fatiha Kaoues (CNRS, GSRL), discutante, et Julien Argoud, doctorant CERI/ScPo (sous la direction de Philippe Portier et Stéphane Lacroix)  (en 2e année de thèse) qui a accepté, après quatre mois de terrain sur place au Maroc, de nous partager ses travaux en cours, avec l’intitulé suivant :  « Comprendre la restructuration du champ chrétien au Maroc à la lumière de la conversion de l’islam au christianisme »

L’orateur commence à poser des éléments de contexte, notamment la présence significative (mais non quantifiable précisément) de Marocaines et Marocains chrétiens. Il pointe aussi l’interdiction du prosélytisme, et l’incompatibilité de principe entre la citoyenneté marocaine et la religion chrétienne. On peut être Marocain et musulman, éventuellement Marocain et juif, mais il n’est pas possible d’être Marocain et chrétien. Dans le cadre d’un “islam du juste milieu” (al wassatiya), la répression contre les convertis n’est cependant pas intense (même si on note quelques arrestations), dès lors qu’une certaine discrétion est affichée par les chrétiens marocains. Il évoque aussi ses sources, notamment (pour le moment) 24 entretiens avec d’anciens musulmans marocains convertis au christianisme, au Maroc et en France.

Julien Argoud développe ensuite un approche appuyée sur une logique d’échelle.

A l’échelle micro, celle de l’individu, il explique les différentes motivations qui peuvent présider à une conversion chrétienne, sans oublier le rôle des technologies (radio, il y a trente ans, réseaux sociaux d’internet aujourd’hui). Quelles sont les conséquences dans la vie des converti.e.s, dans un contexte où seul l’islam est ouvertement pratiqué par la population marocaine ?

A l’échelle méso, il aborde ensuite le rapport entre enjeu de la conversion chrétienne, les  institutions chrtétiennes officielles au Maroc (Eglise catholique, Eglise Evangélique (EEM), et les organisations chtétiennes non officielles au Maroc.

Il signale l’existence d’organisations officieuses d’Eglises marocaines de maison, dont les deux principales sont la Confédération des chrétiens marocains (tournée vers l’extérieur) et l’union des chrétiens marocains (qui repose sur le soutien local des fidèles, et qui lutte pour la reconnaissance).

Enfin, à l’échelle macro, Julien Argoud traite des relations entre les institutions, l’Etat et les acteurs confessionnels internationaux, avec une influence de la langue anglaise, de plus en plus pratiquée (en particulier dans la Confédération des chrétiens marocains). Les jeux de passage entre arabe dialectal, langue française et langue anglaise sont évoqués.

Un exposé passionnant qui a suscité de très riches échanges

 

Fatiha Kaoues (CNRS, GSRL), discutante (en visio), a ensuite poursuivi la réflexion par une reprise critique très stimulante qui a notamment ouvert de fructueuses pistes de comparaison avec l’Algérie voisine (et sa loi de 2006 sur le prosélytisme). De nombreuses questions ont suivi, réagissant aux multiples pistes soulevées par Julien Argoud (phénomène des “Eglises de café”, notamment, enjeu de la théologie politique, conflits de loyauté, place des femmes, etc.). Des questions et échanges très nourris, qui  témoignent de la richesse des travaux présentés par Julien Argoud.

Réunion n°4, programme RELIF (invitation), 26 janvier 2024



Chères amies, chers amis du programme “Religion et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°4 du programme GSRL “Religion et Francophonie”. Elle aura lieu le vendredi 26 janvier 2024 de 15H à 17H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers).

 Un lien visio vous sera communiqué pour celles et ceux qui ne peuvent pas se joindre à nous physiquement. Nous remercions Julien Argoud et Fatiha Kaoues de nous conduire dans la réflexion commune.

 

ORDRE DU JOUR :

1/ Tour de table, échange de nouvelles (publications, colloques, appels à com etc.)

2/ Exposé de Julien Argoud (doctorant sous la direction de Philippe Portier, Sciences Po /CERI) sur « Comprendre la restructuration du champ chrétien au Maroc à la lumière de la conversion de l’islam au christianisme »

3/ Discussion animée par Fatiha Kaoues (CNRS, GSRL), et échange avec le groupe

Au Maroc, si le fait de changer de religion n’est pas formellement interdit, le « prosélytisme » -entendu de manière extrêmement large- et « le fait d’ébranler la foi d’un musulman » sont des délits punis pénalement. En outre, les marocains sont tacitement reconnus, dès leur naissance, comme étant musulmans ; ou juifs, par exception. Il n’est en aucune manière envisagé juridiquement qu’un marocain puisse être chrétien, et il n’y a, de ce fait, aux yeux de l’Etat –ou plutôt, dans sa communication officielle- aucun chrétien marocain.

Pourtant, s’il est difficile d’évaluer le nombre de marocains chrétiens, non-seulement ceux-ci sont présents dans l’ensemble du territoire marocain ; mais ce fait social, quelle que soit son ampleur, constitue un enjeu socio-politique majeur, dont l’influence est hautement significative sur la structuration du champ chrétien –et même, plus généralement, du champ religieux- dans ce pays.

Quels sont les rapports entre la reconfiguration du champ chrétien au Maroc à travers cet enjeu de la conversion et l’histoire coloniale/postcoloniale de ce pays ? Quelle relations les convertis marocains entretiennent-ils avec la citoyenneté marocaine, et de quelle manière se conçoivent-ils dans leur rapport à « l’Occident » ?

Durant cette séance de séminaire “Religion et Francophonie”, Julien Argoud présentera l’état actuel de ses investigations, les principaux éléments qui ont conduit au développement de sa question de recherche, et la méthodologie qu’il a décidé d’employer pour y répondre.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search