Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 26.01.2024

 

Après l’aide technique précieuse d’Antoine Vermande pour l’installation de la visio (qui a bénéficié à quatre personnes connectées), la quatrième séance du programme Religion et Francophonie (RELIF) a commencé, comme à l’habitude, par un tour de table. Les huit personnes en présentiel, et les quatre personnes qui participent en distantiel, se sont présentées. L’occasion a permis d’échanger sur travaux en cours, retours de voyage et publications en perspective, tout en faisant connaissance avec de nouveaux participant.e.s.

Puis les organisateurs remercient vivement Fatiha Kaoues (CNRS, GSRL), discutante, et Julien Argoud, doctorant CERI/ScPo (sous la direction de Philippe Portier et Stéphane Lacroix)  (en 2e année de thèse) qui a accepté, après quatre mois de terrain sur place au Maroc, de nous partager ses travaux en cours, avec l’intitulé suivant :  « Comprendre la restructuration du champ chrétien au Maroc à la lumière de la conversion de l’islam au christianisme »

L’orateur commence à poser des éléments de contexte, notamment la présence significative (mais non quantifiable précisément) de Marocaines et Marocains chrétiens. Il pointe aussi l’interdiction du prosélytisme, et l’incompatibilité de principe entre la citoyenneté marocaine et la religion chrétienne. On peut être Marocain et musulman, éventuellement Marocain et juif, mais il n’est pas possible d’être Marocain et chrétien. Dans le cadre d’un “islam du juste milieu” (al wassatiya), la répression contre les convertis n’est cependant pas intense (même si on note quelques arrestations), dès lors qu’une certaine discrétion est affichée par les chrétiens marocains. Il évoque aussi ses sources, notamment (pour le moment) 24 entretiens avec d’anciens musulmans marocains convertis au christianisme, au Maroc et en France.

Julien Argoud développe ensuite un approche appuyée sur une logique d’échelle.

A l’échelle micro, celle de l’individu, il explique les différentes motivations qui peuvent présider à une conversion chrétienne, sans oublier le rôle des technologies (radio, il y a trente ans, réseaux sociaux d’internet aujourd’hui). Quelles sont les conséquences dans la vie des converti.e.s, dans un contexte où seul l’islam est ouvertement pratiqué par la population marocaine ?

A l’échelle méso, il aborde ensuite le rapport entre enjeu de la conversion chrétienne, les  institutions chrtétiennes officielles au Maroc (Eglise catholique, Eglise Evangélique (EEM), et les organisations chtétiennes non officielles au Maroc.

Il signale l’existence d’organisations officieuses d’Eglises marocaines de maison, dont les deux principales sont la Confédération des chrétiens marocains (tournée vers l’extérieur) et l’union des chrétiens marocains (qui repose sur le soutien local des fidèles, et qui lutte pour la reconnaissance).

Enfin, à l’échelle macro, Julien Argoud traite des relations entre les institutions, l’Etat et les acteurs confessionnels internationaux, avec une influence de la langue anglaise, de plus en plus pratiquée (en particulier dans la Confédération des chrétiens marocains). Les jeux de passage entre arabe dialectal, langue française et langue anglaise sont évoqués.

Un exposé passionnant qui a suscité de très riches échanges

 

Fatiha Kaoues (CNRS, GSRL), discutante (en visio), a ensuite poursuivi la réflexion par une reprise critique très stimulante qui a notamment ouvert de fructueuses pistes de comparaison avec l’Algérie voisine (et sa loi de 2006 sur le prosélytisme). De nombreuses questions ont suivi, réagissant aux multiples pistes soulevées par Julien Argoud (phénomène des “Eglises de café”, notamment, enjeu de la théologie politique, conflits de loyauté, place des femmes, etc.). Des questions et échanges très nourris, qui  témoignent de la richesse des travaux présentés par Julien Argoud.

Réunion n°4, programme RELIF (invitation), 26 janvier 2024



Chères amies, chers amis du programme “Religion et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°4 du programme GSRL “Religion et Francophonie”. Elle aura lieu le vendredi 26 janvier 2024 de 15H à 17H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers).

 Un lien visio vous sera communiqué pour celles et ceux qui ne peuvent pas se joindre à nous physiquement. Nous remercions Julien Argoud et Fatiha Kaoues de nous conduire dans la réflexion commune.

 

ORDRE DU JOUR :

1/ Tour de table, échange de nouvelles (publications, colloques, appels à com etc.)

2/ Exposé de Julien Argoud (doctorant sous la direction de Philippe Portier, Sciences Po /CERI) sur « Comprendre la restructuration du champ chrétien au Maroc à la lumière de la conversion de l’islam au christianisme »

3/ Discussion animée par Fatiha Kaoues (CNRS, GSRL), et échange avec le groupe

Au Maroc, si le fait de changer de religion n’est pas formellement interdit, le « prosélytisme » -entendu de manière extrêmement large- et « le fait d’ébranler la foi d’un musulman » sont des délits punis pénalement. En outre, les marocains sont tacitement reconnus, dès leur naissance, comme étant musulmans ; ou juifs, par exception. Il n’est en aucune manière envisagé juridiquement qu’un marocain puisse être chrétien, et il n’y a, de ce fait, aux yeux de l’Etat –ou plutôt, dans sa communication officielle- aucun chrétien marocain.

Pourtant, s’il est difficile d’évaluer le nombre de marocains chrétiens, non-seulement ceux-ci sont présents dans l’ensemble du territoire marocain ; mais ce fait social, quelle que soit son ampleur, constitue un enjeu socio-politique majeur, dont l’influence est hautement significative sur la structuration du champ chrétien –et même, plus généralement, du champ religieux- dans ce pays.

Quels sont les rapports entre la reconfiguration du champ chrétien au Maroc à travers cet enjeu de la conversion et l’histoire coloniale/postcoloniale de ce pays ? Quelle relations les convertis marocains entretiennent-ils avec la citoyenneté marocaine, et de quelle manière se conçoivent-ils dans leur rapport à « l’Occident » ?

Durant cette séance de séminaire “Religion et Francophonie”, Julien Argoud présentera l’état actuel de ses investigations, les principaux éléments qui ont conduit au développement de sa question de recherche, et la méthodologie qu’il a décidé d’employer pour y répondre.

 

Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 22.11.2023

 

La troisième séance du programme Religion et Francophonie (RELIF) a commencé, comme à l’habitude, par un tour de table, qui a notamment permis d’échanger sur travaux en cours (thèse de doctorat de Constance Varoquier) et publications en perspective (manuscrit de Richard Lengo).

Puis les organisateurs remercient vivement le docteur en sociologie Richard Lengo  (maître assistant CAMES, docteur de l’Université Maren Ngouabi de Brazzaville) d’avoir accepté de nous partager ses travaux sur “Les mutations de l’éthos protestant au sein de l’Eglise Evangélique du Congo”

L’orateur s’est appuyé sur une projection Powerpoint qui détaille son plan, sa méthodologie (recours aux travaux de Roger Bastide, George Balandier, l’école interactionniste de Chicago…) et ses principaux résultats. Richard Lengo a commencé son analyse en rappelant cette exclamation : “même les protestants !” Tenue dans les années 1990 à Brazzaville, la formule exprime une déception par rapport au comportement public d’acteurs protestants réputés jadis comme intègres. Et dont les pratiques de corruptions rejoignent désormais celles du reste de la population. Eclairé par 261 entretiens, dont 215 par questionnaire, Richard Lengo explique que jusqu’au début des années 1990, les protestants de l’EEC (principale Eglise protestante de la République du Congo) étaient socialement reconnus pour leur intégrité en matière de gestion financière. Mais les transformations socio-économiques (effets du Programme d’Ajustement Structurel du FMI, etc.), accroissant la précarité et la recherche de positions stables, ont eu raison de ce modèle. L’ethos protestant de jadis s’est altéré. C’est la fin d’un certain « exceptionnalisme protestant ». Ces mutations ont par ailleurs induit le passage d’un ethos de vocation, jadis dominant, à un ethos de professionnalisation où la fonction pastorale devient davantage convoitée pour des raisons économiques que pour des raisons vocationnelles. L’occasion de souligner qu’au travers de l’étude des mutations de l’ethos protestant, cette thèse constitue aussi une contribution à l’histoire socio-économique, politique et culturelle du Congo.

Richard Lengo a achevé son exposé par une analyse du rapport à la langue française au sein de l’Eglise Evangélique du Congo. Outre le Kikongo et le Lingala (deux langues nationales), le Français est langue officielle, et est utilisé au sein de l’Eglise evangélique du Congo suivant diverses modalités. De rares paroisses (d’intellectuelles) organisent tous les cultes en français, beaucoup d’autres traduisent, ou se focalisent sur la langue vernaculaire dominante.

Sébastien Fath, Richard Lengo, Jean-Paul Willaime et Pascal Bourdeaux, GSRL, 22 nov 2023 (Campus Condorcet)

La présentation s’est poursuivie par un débat nourri, alimenté notamment par le sociologue Jean-Paul Willaime, par les historiens Sébastien Fath et Pascal Bourdeaux (cf. photo ci-dessus). Plusieurs questions ont été poursuivies, comme l’enjeu de la différence axiologique des Eglises dans un contexte de sécularité environnante, celui de la métaethnicité, de la diaspora de l’Eglise Evangélique du Congo, de la course aux diplômes chez les pasteurs, et la tension entre encastrement Eglise-institutions économiques et sociales, et dérive mafieuse. Des fils de discussions (liste non exhaustive) qui témoignent de la richesse des travaux présentés par Richard Lengo.

Réunion n°3 programme ReliF, 22/11/2023 (invitation)

Avec un exposé de Richard Lengo sur les mutations de l’ethos protestant (E.E. Congo)

 

Chères amies, chers amis du programme “Religions et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°3 du programme GSRL “Religion et Francophonie”. Elle aura lieu le mercredi 22 novembre 2023 de 14H à 16H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers).

 

ORDRE DU JOUR :

1/ Tour de table, échange de nouvelles (publications, colloques, appels à com etc.)

2/ Exposé de Richard Lengo (maître assistant CAMES, docteur de l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville) sur “Les mutations de l’éthos protestant au sein de l’Eglise Evangélique du Congo”

Le sociologue Richard Lengo est l’auteur d’un doctorat dirigé par Régine Tchikaya-Oboa, intitulé « L’Église Évangélique du Congo (EEC) : l’Ethos protestant à l’épreuve des pratiques du « Monde » et des Mutations Sociales » (Université Marien Ngouabi, Brazzaville).

L’Eglise Evangélique du Congo est la principale Eglise protestante du Congo Brazzaville. Etablie sous la colonisation, autonomisée en 1961, cette grande église protestante francophone a été marquée par un mouvement de réveil initié en 1947 par le pasteur Daniel Ndoundou (1911-1986). Richard Lengo nous propose, dans sa communication, de revenir sur les mutations de l’ethos protestant (ethos = traduction sociale/comportementale d’une éthique) porté par cette Eglise. Il dresse le constat d’une évolution marquée par la fin d’un certain exceptionnalisme protestant et propose des clefs d’analyses. Eclairé notamment par les travaux de Georges Balandier, il distingue les dynamiques d’explication endogènes (“du dedans”) et les dynamiques exogènes (“du dehors”). La fonction pastorale, dans cette perspective, a muté, d’un ethos vocationnel vers une professionnalisation.

Richard Lengo s’attachera à présenter les principaux résultats de son travail de recherche tout en les inscrivant dans la perspective d’une réflexion sur le rôle de la francophonie, à l’heure des recompositions postcoloniale du religieux et du politique.

3/ Questions et échanges au sujet de l’exposé de Richard Lengo.

Venez nombreux !

Pascal et Sébastien, pour le GSRL

Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 30.10.2023

 

Après un tour de table, devant les dix participantes et participants présents, les organisateurs remercient vivement l’historien Jean-Pierre Laurant (EPHE, GSRL) d’avoir bien voulu accepter d’intervenir dans le cadre de cette seconde séance du programme GSRL “Religion et Francophonie”.


En près d’une heure trente d’exposé, Jean-Pierre a analysé et détaillé les enjeux posés autour de la filiation intellectuelle de René Guénon (1886-1951). Intellectuel et maître spirituel inclassable, le penseur français René Guénon, devenu Cheikh à Al Azhar (Egypte) est l’auteur d’une oeuvre foisonnante qui questionne la modernité occidentale et invite à réfléchir à nouveaux frais au rôle des matrices spirituelles, qu’il englobe dans la notion de Tradition. Rattaché au soufisme dès 1910, Guénon n’était pas seulement un théoricien. Il avait pour ambition de changer la société.

Après sa mort s’est rapidement posée la question de l’héritage, et de la transmission de son legs intellectuel, en tension avec les institutions académiques. Avec une érudition impressionnante, Jean-Pierre Laurant a minitueusement décrypté la richesse, et parfois les contradictions, des réseaux guénoniens qui se sont déployés jusqu’à nos jours, évoquant des figures majeures et singulières du champ de l’ésotérisme comme Titus Burkhardt (métaphysicien suisse), Jean Paulhan (Gallimard, éditeur d’une partie de l’oeuvre de Guénon) Antoine Faivre (EPHE).

La francophonie européenne, mais aussi diasporique (au Caire en particulier) a constitué l’espace privilégié de ce déploiement des réseaux guénoniens, “en mal d’institutions”. Le monde anglophone ne s’est pas montré hermétique à l’oeuvre guénonienne, bien que des enjeux de transitivités des notions se posent : le pérénniallisme n’est pas tout à fait soluble dans la notion guénonienne de Tradition. La langue influe sur les représentations, les imaginaires, les déclinaisons conceptuelles. De nombreux fils de réflexion ont été soulevés, notamment la compétition entre les éditeurs, la question des querelles de légitimité, l’enjeu des entrelacs avec le catholicisme, le maçonnisme et l’islam, sans oublier les contradictions internes, la tension entre réseau et institution…

Un riche débat a suivi la présentation, au cours duquel Jean-Pierre Laurant a notamment pu préciser que René Guénon l’insaisissable, rangé parfois avec facilité dans un camp, était farouchement anticolonial, à une époque où l’Empire français dominait encore, sous sa férule, des dizaine de millions d’Africains et d’Asiatiques.

Réunion n°2 programme ReliF, 30/10/2023 (invitation)

Avec un exposé de Jean-Pierre Laurant sur les réseaux guénoniens

 

Chères amies, chers amis du programme “Religions et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°2 du programme GSRL “Religion et Francophonie”. Elle aura lieu le lundi 30 octobre 2023 de 14H à 16H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers).

ORDRE DU JOUR :

1/ Tour de table, échange de nouvelles

2/ Point sur la communication interne (liste mail)

3/ Exposé de Jean-Pierre Laurant (EPHE, GSRL) sur “Francophonie et réseaux guénoniens”

Spécialiste des courants ésotériques, Jean-Pierre Laurant a notamment publié Génon au combat, des réseaux en mal d’institution (Paris, L’Harmattan, 2019). Il est aussi le cofondateur de la revue Politica Hermetica dont voici le site internet :

https://politicahermetica.wordpress.com

Au moment où l’ésotérisme s’efforçait de se constituer en discipline scientifique à l’E.P.H.E. l’approche radicale de René Guénon, fondée sur un accès réservé et direct à l’absolu, s’est organisée dans la mise en place de réseaux, tant initiatiques qu’éditoriaux. A ce titre l’enracinement culturel a été déterminant dans cette démarche; le propos de Jean-Pierre Laurant sera double. Il s’attachera à éclairer par des souvenirs personnels la mise en place de cette expérience hors normes, qui occupe une place notable dans le paysage intellectuel contemporain. Il retracera aussi, à partir des réseaux francophones, les grandes lignes de son dernier ouvrage, « Génon au combat, des réseaux en mal d’institution », une recherche appuyée sur le dépouillement d’une correspondance considérable.

4/ Questions et échanges au sujet de l’exposé de Jean-Pierre Laurant. Venez nombreux !

Pascal et Sébastien, pour le GSRL

Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 20.09.2023

Après un tour de table, les organisateurs remercient vivement le politiste Paul Zawadszki (Université Panthéon Sorbonne, GSRL) d’avoir bien voulu accepter d’être le premier orateur du nouveau programme GSRL “Religion et Francophonie”. Le réseau d’information autour du programme n’est pas encore rôdé, mais six collègues étaient présents pour cette “première”, dont la directrice du laboratoire, Alfonsina Bellio.

Paul Zawadzki a commencé par brosser le tableau d’une crise de la temporalité qui se déploie en Europe à partir des années 1970-80, tout en se combinant avec une forte réflexivité. Arasement des horizons, effacement des utopies, le malaise est partout, compliquant aussi le rapport à l’avenir, qui se nourrit toujours d’une référence au passé. La question est comment historiciser ce phénomène ?

Dans les années 1930 déjà, un Karl Jaspers s’interrogeait sur le morcellement du temps, l’émiettement sceptique, nihiliste (La situation spirituelle de notre temps, 1930). Faut-il seulement incriminer le capitalisme, ou élargir le champ des causalités? La modernité européenne toute entière ne serait-elle pas traversée, de manière constitutive, par une inquiétude sur le temps? Le capitalisme est certes un facteur bien repéré, tendant à priver les individus d’une temporalité vivante, humaine, signifiante. Mais d’autres éléments entrent en compte.

Appuyé par une très riche culture philosophique et politique et un grand esprit de synthèse, invoquant notamment Alexis de Tocqueville, Marcel Gauchet, ou encore Cornelius Castoriadis, Paul Zawadzki en arrive à conclure sur le fait que la modernité n’est pas seulement détemporalisante. Et la contraction présentiste contemporaine, qui reste relative, ne peut pas être comprise seulement au prisme du seul économicisme. Il pointe alors le rôle structurant, dans le rapport contemporain au temps, de l’idéologie, ainsi que l’importance de la conscience historique.

Apportant, tout au long de l’exposé, une expertise conceptuelle fine (“La temporalité, ce n’est pas le temps des horloges, c’est le temps de la conscience“), Paul Zawadzki s’est ensuite prêté avec brio au jeu de l’échange et des questions, y compris sur les enjeux posés par la postcolonialité, l’espace, les rapports histoire-mémoire.

Réunion n°1 programme ReliF, 20/09/2023 (invitation)

Avec un exposé de Paul Zawadzki sur la temporalité

Chères amies, chers amis du programme “Religions et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°1 du programme GSRL “Religion et Francophonie”. Elle aura lieu le mercredi 20 septembre 2023 de 14H à 16H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers).

ORDRE DU JOUR :

1/ Tour de table

2/ Présentation des perspectives de réflexion du programme (Pascal Bourdeaux et Sébastien Fath)

3/ Exposé de Paul Zawadzki (Université Panthéon Sorbonne, GSRL) sur “Les régimes de temporalité au miroir des débats sur la modernité et le postcolonial”

Paul Zawadzki a notamment dirigé le collectif “Malaise dans la temporalité” (éditions de la Sorbonne, 2002); il a également publié dans la revue Temporalités un texte intitulé “Aux sources démocratiques du Malaise dans la temporalité”, pour préciser les sources politiques/démocratiques (et non seulement économiques/capitalistes) du dit “malaise” :  

http://journals.openedition.org/temporalites/6973    

4/ Questions et échanges au sujet de l’exposé de Paul Zawadzki

Venez nombreux !

Pascal et Sébastien, pour le GSRL

Présentation du programme “Religion et Francophonie” (ReliF)

 

Programme Religion et francophonie

Mémoire & résilience ; Histoire & épistémologie

Responsables : Pascal Bourdeaux et Sébastien Fath

 

Problématique

Sur les cinq continents, 321 millions de personnes sont capables de s’exprimer en français (données OIF 2023).

Ces espaces francophones invitent à penser autrement les interactions religieuses, y compris historiquement, au-delà d’un prisme hexagonal qui s’est longtemps voulu hégémonique. Déployer l’analyse du religieux en société dans cet espace-temps francophone et postcolonial, tel est l’objet de ce programme “Religion et francophonie”.

Penser les recompositions religieuses contemporaines en francophonie depuis le XIXe siècle, c’est s’inscrire, d’une part, dans une logique d’échelle, élargissant la focale pour embrasser la diversités des espaces francophones, souvent marqué par le fait colonial.

C’est adopter, d’autre part, une logique de décentrage épistémologique, en interrogeant le régime des sciences issues de la révolution industrielle et du “moment colonial” à la lumière d’une réévaluation des productions conceptuelles et empiriques issues des “suds”.

D’où le choix d’articuler ce programme porté par le GSRL (UMR 8582) en deux pôles, “Mémoire et résilience”, et “Enjeux épistémologiques et théoriques”.

 

La francophonie interroge les ancrages religieux, et nourrit des circulations. Le pôle “mémoire et résilience” s’intéresse plus particulièrement à la religion en francophonie comme répertoire de ressources, et à l’enjeu de la recomposition des identités narratives à l’épreuve de la transnationalité. Les objectifs scientifiques de ce pôle “mémoire et résilience” sont pensés pour se coordonner avec la Plateforme “Mémoire et résilience” du CAMPUS CONDORCET.

Le religieux en francophonie comme répertoire de ressources

-La ressource numérique : en coordination avec l’axe transversal “Religion et numérique”, l’objectif est d’inventorier et d’analyser les vecteurs numériques qui reconfigurent, depuis les années 1990, l’espace religieux francophone. La langue française en partage induit, via le numérique, une bascule du champ national vers le champ francophone transnational.

-La ressource liturgique : en matière liturgique, notamment dans les différentes Eglises chrétiennes, la musique participe des répertoires partagés de la francophonie. Depuis le XIXe siècle, comment circule cette musique dans l’espace francophone ? Quels sont ses effets en matière de cloisonnement/décloisonnement des identités religieuses?

-La ressource institutionnelle : depuis la décolonisation, la francophonie a été soumise à un processus d’institutionnalisation. Comment les religions de l’espace francophones se sont-elles inscrites dans ce processus? De grands réseaux, comme l’Alliance Israélite universelle, se sont constitués d’emblée à l’échelle de toute la francophonie. Entre institutions, organisations, réseaux souples, quelle typologie? Quelle tension entre institutions religieuses et identités linguistiques ?

-La ressource du capital social : l’aire francophone éclaire sous un nouveau jour les circuits d’entraide transnationaux qui contribuent à irriguer les sociabilités religieuses. Les transferts financiers opérés via les solidarités religieuses francophones, le rôle des médias religieux, les expertises partagées, les logiques d’endogamie/exogamie…. Autant de champs d’observation.

Religieux en francophonie & identité narrative (Ricoeur)

-L’identité par la mémoire du groupe : la « religion pour mémoire » s’appuie sur un référentiel traditionnel et une transmission générationnelle qui n’est pas vouée à la stabilité d’un périmètre territorial. Les « racines » sont aujourd’hui portatives. Quelles recompositions ?

-L’identité par le choix de l’expression francophone : l’espace francophone est multilingue. La langue française n’y est ni hégémonique, ni exclusive. Dans ces configurations plurilinguistiques, quels choix orientent les acteurs vers la langue française ?

-L’identité par la conversion : sur l’identité narrative théorisée par Paul Ricoeur se greffent aussi les identités recomposées sous le prisme des conversions. Du colonial au postcolonial, quelles formes, quels enjeux, quelles temporalités du changement religieux en francophonie ?

-L’identité par le genre : entre résistances, recompositions, innovation, les modes d’appropriation genrée de l’identité religieuse dans les espaces francophones coloniaux et postcoloniaux constituent un passionnant terrain d’enquête.

 

Le second pôle de ce programme s’intéresse à la place de la production scientifique francophone dans les approches globales du religieux. Penser cette histoire incite à opter pour une approche comparée des historiographies religieuses et nationales, des régimes d’historicités, de l’autonomisation des sciences religieuses, des temporalités, proposant ainsi une nouvelle échelle d’analyse de la globalisation du religieux.

Vers une histoire globale et francophone du religieux contemporain?

– Sources de la connaissance des religions et religiosités contemporaines : à l’heure où les humanités numériques tendent à s’imposer comme une méthode de recherche et comme des ressources incontournables, nous chercherons à dresser un état des lieux de la documentation francophone accessible sans être toujours connue ou valorisée.

– Penser les espaces et les réseaux religieux francophones : le monde francophone se déploie en sous-ensembles invitant à des études comparées de la pluralité religieuse (territoire ultra-marin, ex-colonie, etc.). Quant aux villes francophones, montreraient-elles encore des spécificités dans l’organisation spatiale et dans la gestion de la pluralité religieuse ?

– Francophonie et religions du monde (étude de la pluralité, gestion du pluralisme) : l’étude de la pluralité religieuse, en tant que caractéristique de la mobilité des hommes et de la globalisation des religions du monde, incite aussi à comparer les processus d’intégration et de reconnaissance juridique des organisations religieuses. Par exemple, comment le bouddhisme se structure aujourd’hui en France, Suisse, Belgique, Canada et quel est son statut ?

Production scientifique: la langue scientifique entre impérialisme et universalisme

Histoires religieuses comparées: Comment l’histoire des religions a-t-elle évolué depuis le milieu du XIXe siècle, puis tout au long de l’époque coloniale, au moment où s’affirme l’émergence simultanée des sciences historiques et des sciences religieuses ? Des savoirs religieux contemporains jusqu’à une histoire sécularisée et plurielle, un parcours à décrypter.

– Epistémologies du religieux : la fabrique du lexique francophone du religieux ouvre un autre champ de recherche, appelé à tenir compte de et l’insertion des vocabulaires vernaculaires dans le langage scientifique. Les études menées sur les transferts culturels, sur l’histoire conceptuelle sont là pour nous aider à penser cette définition des lexiques mobilisés.

– Modernités et contemporanéités en question : en prolongement, c’est la question des modernités multiples (S. Eisenstadt) qui peut être réexaminée. Au travers des recompositions sociales, culturelles et religieuses de la francophonie après les décolonisations, c’est aussi la question du rapport à “l’universel” qui peut se trouver interrogée, avec, par exemple, l’hypothèse d’une relecture de la modernité à travers un “pluriversalisme” postcolonial, ou des “altermodernités (Hardt et Negri, Citton).

Mode de fonctionnement

Le mode opératoire de ce programme de recherche en sciences humaines et sociales (SHS) porté par le laboratoire GSRL (UMR 8582) repose sur un principe général : multiplier les transversalités et opérations mutualisées, d’abord avec les autres programmes et axes du laboratoire, ensuite avec des partenaires scientifiques.

Nous fonctionnerons ensuite sur la base de trois modalités.

-Tout d’abord, des réunions régulières, tenues toutes les cinq semaines environ, et faisant l’objet d’un compte-rendu (avec publication sur ce Carnet Hypothèses).

-Ensuite, des journées d’études seront organisées, et un colloque prévu dans trois ans, avec des partenaires scientifiques issus des universités de la francophonie, ainsi qu’avec des partenaires institutionnels tels que le MAE, la Maison des étudiants de la Francophonie (Cité Internationale), l’Agence Universitaire de la Francophonie ou l’Institut Convergences Migrations.

-Enfin, l’objectif du programme est aussi d’initier et favoriser des enquêtes de terrain et opérations de recherche (contrats doctoraux, post-doctoraux), notamment en s’articulant aux objectifs “Horizons Europe 2030” (projets blancs, ERC).

En favorisant de nouvelles collaborations, notamment avec des partenaires de la très vaste francophonie sub-méditerranéenne (universités africaines).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search