Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 19 juin 2024

Après le tour de table habituel, et quelques ajustements techniques (merci Antoine Vermande), notre 9e réunion de programme de ce 19 juin 2024, co-organisée avec le programme « Laïcités, Religions et Politique » du GSRL, est entrée dans le vif du sujet, avec une présentation de l’orateur invité par Philippe Portier (photo ci-dessous). 

Philippe Portier et Jacob Legault-Leclerc, GSRL, 19 juin 2024

Jacob Legault-Leclerc est doctorant en sociologie à la University of Waterloo et boursier doctoral Joseph-Armand-Bombardier (BÉSCD). Assistant de recherche en études quantitatives, il est présentement en visite doctorale à l’Institut de sciences sociales des religions de l’Université de Lausanne, d’où il est arrivé la veille en TGV. Sous la direction de Sarah Wilkins-Laflamme et Jörg Stolz, il rédige une thèse intitulée Transition séculière et transmission de la religion au Canada et en Europe : une analyse quantitative de la socialisation religieuse au sein de la familleIl se spécialise dans l’étude statistique des religions à partir d’une approche sociologique.

Devant sept personnes en présentiel, nourri par un Powerpoint et relayé par la visioconférence, Jacob Legault-Leclerc a développé une passionnante analyse de l’effet de la socialisation parentale sur la transmission intergénérationnelle de la religion et du niveau de religiosité au Canada et en Europe (Italie, Finlande, Allemagne, Hongrie). Explicitant sa méthodologie et celle de son équipe, autour de l’enquête TORAG (Transmission of Religion Across Generations Project), il a commencé par rappeler que la difficulté de la transmission religieuse est sans doute un des éléments constitutifs de la sécularisation. Une large enquête internationale sur cinq pays, avec plus de 8400 répondants (interrogés par téléphone) permet d’y voir plus clair. En complément des données quantitatives récoltées et traitées, Jacob Legault-Leclerc souligne que des entretiens qualitatifs, via des familles en focus group, ont également été réalisés afin de mieux cerner les dynamiques intergénérationnelles à l’œuvre. 

Il a détaillé les questions de recherche et les objectifs visés. Les deux principales questions sont les suivantes : quels sont les effets des profils religieux parentaux sur la transmission intergénérationnelle de la religiosité ? Quels sont les effets des profils religieux parentaux sur la transmission intergénérationnelle de la religiosité ? Quant aux objectifs détaillés, ils sont au nombre de quatre. Quantifier et comparer l’effet des mécanismes de socialisation. Brosser le portrait du changement intergénérationnel de la religiosité. Comparer le Canada à quatre pays européens. Et enfin, situer le cas canadien au sein de la vaste littérature scientifique produite sur ces enjeux de transmission.

Deux modèles : transition séculière / socialisation familiale

Détaillant très finement, diapositive après diapositive, les résultats principaux auxquels il est parvenu, grâce à une impressionnante maîtrise des techniques quantitatives couplée à un grand sens de la pédagogie visuelle, Jacob Legault-Leclerc a progressivement précisé dans quelle mesure les processus de transmission étudiés s’inscrivent dans un mouvement général, celui de la sécularisation. Cohorte après cohorte, d’une classe d’âge à l’autre, le degré de religiosité, et le taux de personnes religieuses tend à s’amenuiser, à des rythmes variables suivant les pays. Après avoir expliqué l’intérêt de deux approches théoriques différentes, et en réalité complémentaires, celle de la transition séculière, et celle de la socialisation familiale, il souligne cette constante : la même génération tend à conserver le même niveau de religiosité tout au long de la vie. En revanche, d’une génération à l’autre, on observe une baisse de la religiosité

Entre pré-boomers, bébé boomers, génération X et milléniaux, on observe un déclin de l’affiliation religieuse. Quant à la substance de la croyance, 23% des milléniaux, au Canada, croient en un Dieu personnel, contre 40% au niveau des pré-boomers (données Canada 2021). De nombreuses études croisées, intégrant les variables des parents, grands-parents, proches, ainsi que celle du contexte socio-historique, et les différentes religions (catholicisme, islam, protestantisme mainline, évangélisme etc.) ont été présentées au fil de l’exposé. La comparaison européenne permet de montrer de nombreuses logiques de convergence Canada-Europe. On observe, globalement, une croissance généralisée de la non-socialisation religieuse provenant de la famille dans les pays étudiés. Ce qui n’empêche pas des disparités : par exemple, 70% des répondants qui ont deux parents avec une affiliation religieuse ont également une religion, au Canada. En Hongrie, le montant est de 90%, et en Italie, 51%.

Au total, on observe à la fois une tendance à la baisse de la religiosité, et aussi une tendance à l’homogénéisation du niveau de religiosité chez les plus jeunes. Le Canada apparaît par ailleurs, avec l’(ancienne) Allemagne de l’Est, comme un des pays où les jeunes se projettent le moins dans une transmission familiale religieuse future : 38% seulement des jeunes Canadiens répondent « oui » à la question, « si vous deviez avoir des enfants, est-ce que vous les éleveriez religieusement en 2021 ? » (photo ci-dessous).

Une riche discussion a suivi l’exposé, invitant à élargir le comparatisme, intégrer d’autres variables (quelle religion transmet-on ?), ou tenir compte des autres facteurs de transmission que la famille, notamment par les réseaux numériques et les pairs. Philippe Portier a également soulevé la question de l’hypothèse d’une recomposition du croire, avec en filigrane l’interrogation suivante : est-ce que la recomposition est-elle, ou non, un stade intermédiaire dans la transition séculière ? Autant de pistes à poursuivre, qui témoignent de la très grande richesse de l’exposé proposé par Jacob Legault-Leclerc.

Les CR des réunions RELIF pour l’AG 2024 du GSRL

Afropéanité, religion et francophonie, la fabrique d’un concept à l’épreuve d’une étude de terrain bruxelloise» (Christel Zogning Meli), 10 juin 2024

« La fabrique d’un bouddhisme pluriel, francophone et de France » (Antony Boussemart), 24 mai 2024

« Ressources numériques francophones vues du Vietnam : de l’isolat à la mise en réseaux » (Pascal Bourdeaux et Nguyen Ngoc Giang), 21 mars 2024

« Regard japonais sur la vie religieuse en Afrique de l’Ouest francophone » (Kae Amo et Naoki Kashio), 13 mars 2024

« Comprendre la restructuration du champ chrétien au Maroc à la lumière de la conversion de l’islam au christianisme » (Julien Argoud, Fatiha Kaoues), 26 janvier 2024

Les mutations de l’éthos protestant au sein de l’Eglise Evangélique du Congo”, (Richard Lengo), 22 novembre 2023

Francophonie et réseaux guénoniens”, (Jean-Pierre Laurant), 30 octobre 2023

Les régimes de temporalité au miroir des débats sur la modernité et le postcolonial” (Paul Zwawadzki), 20 septembre 2023

 

Réunion n°9 programme ReliF, 19/06/2024 (invitation)

Chères amies, chers amis du programme “Religions et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°9 du programme GSRL “Religion et Francophonie”, co-organisé avec le programme GSRL “Laïcités, Religions et politique (responsables : Philippe Portier, Denis Pelletier et Jean-Paul Willaime)

La séance aura lieu le mercredi 19 juin 2024 de 10H à 12H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers), avec Jacob Legault-Leclair comme orateur invité.

Jacob Legault-Leclair est doctorant en sociologie à la University of Waterloo et boursier doctoral Joseph-Armand-Bombardier (BÉSCD). Il est présentement en visite doctorale à l’Institut de sciences sociales des religions de l’Université de Lausanne où il y rédige sa thèse intitulée Transition séculière et transmission de la religion au Canada et en Europe : une analyse quantitative de la socialisation religieuse au sein de la famille.

Nous aurons le plaisir de l’écouter sur le sujet suivant :

La transmission religieuse au sein de la famille au Canada et en Europe. Constats démographiques et analyses sociologiques.

Cette présentation aura pour objectif d’analyser l’effet de la socialisation parentale sur la transmission intergénérationnelle de la religion et du niveau de religiosité au Canada et en Europe (Italie, Finlande, Allemagne, Hongrie).

En basant son analyse sur la théorie du remplacement par cohorte, Jacob Legault-Leclair va quantifier le changement intergénérationnel de religiosité. Cette présentation de données empiriques utilisera une base inédite tirée d’un sondage international – The Transmission of Religion Across Generations. Ainsi, il se propose de comparer, entre les pays, ce qui permet aux différentes familles de transmettre ou non leur religiosité d’une génération à l’autre. Il portera mon regard sur les conséquences de la pratique religieuse et de la socialisation lors de l’enfance.

Ce qui lui permettra de comparer la reproduction du religieux au sein de la famille et à travers différents pays en fonction des générations.

Un rapide tour de table précédera l’exposé, suivi d’un temps de questions. 

Venez nombreux ! 

Pascal et Sébastien

 

Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 10.06.2024

Lors de la réunion tenue ce lundi 10 juin 2024 (la 8e du cycle), notre programme RELIF a eu le plaisir d’échanger avec Christel Zogning Meli, membre fondatrice du laboratoire CARES, coordinatrice du Certificat d’Etudes Afropéennes (FUTP) et doctorante.

Après le tour de table habituel, et quelques ajustements techniques (avec Antoine Vermande aux manettes, merci à lui), Christel Zogning Meli a pris la parole, en illustrant son propos par une projection Powerpoint, pour traiter le sujet suivant :

« Afropéanité, religion et francophonie, la fabrique d’un concept à l’épreuve d’une étude de terrain bruxelloise».

Onze personnes (dont cinq par visioconférence, incluant notamment notre collègue et ancien directeur du GSRL Jean-Paul Willaime) ont participé à la séance.

Christel Zogning Meli a structuré sa présentation en deux parties.

Elle a commencé par présenter le laboratoire CARES et la fabrique d’un concept, celui d’afropéanité, entre catégorie descriptive et outil d’analyse. Cette notion émerge une première fois vers la fin des années 1980, dans certains milieux artistiques. Au cours de la décennie 1990, le groupe belge Zap Mama, dans son premier album Adventures in Afropea, reprend le terme en le renvoyant à l’imaginaire, un territoire fictionnel. Peu à peu, différents acteurs du champ concerné vont à leur tour s’approprier le mot pour cerner une réalité singulière, celle d’un vécu racialisé, en situation de minorité en Europe, qui fait converger la conscience d’une ascendance africaine subsaharienne, une “condition noire” (Pap Ndiaye), et une expérience sociale ancrée en Europe.

Les apports de l’écrivaine Leonora Miano, qui a beaucoup réfléchi sur la question au travers de l’essai, du roman, de la nouvelle, sont soulignés. Dans un document 2022, le CARES, basé à Bruxelles, définit les Afropéennes et les Afropéens comme « d’origine africaine subsaharienne et méditerranéenne, nées et/ou ayant grandi en Europe, porteuses d’un double héritage, européen et africain ».

Christel Zogning Meli souligne que les personnes concernées ne revendiquent pas forcément le terme, mais que cette catégorie permet d’expliciter une situation et un vécu partagé par beaucoup. Christel Zogning Meli fait comprendre, dans la première partie de son exposé, l’expérience afropéenne, celle d'”être frontaliers”, traversés par des fractures ethniques, religieuses, partagés entre la socialisation en Europe et la part de l’héritage culturel africain, qui ont vocation à être des passerelles, des médiateurs, dans un espace pluriel où il faut régulièrement affronter le racisme et les discriminations sur la base du phénotype. On apprend au passage que Bruxelles est la seconde ville la plus multiculturelle du monde après Dubaï.

Dans la seconde partie de son exposé, Christel Zogning Meli développe ensuite la question du rapport entre afropéanité et religion à l’épreuve d’une étude de terrain à Bruxelles auprès de deux grandes associations, et de l’itinéraire de figures fédératrices, influentes et militantes, comme l’autrice et youtubeuse Kirafiki Mbog, avec trois types de rapports au christianisme : tantôt la parole est portée à partir du référent chrétien (plutôt évangélique/charismatique), tantôt elle sort du christianisme pour opter pour une posture néotraditionaliste qui valorise un “retour” aux spiritualités africaines, tantôt elle bricole une approche synchrétique qui combine (ou superpose) christianisme et religiosité africaine néotraditionnaliste (référence à Maat, à l’Egypte antique).

Christel Zogning Meli a décortiqué les options et dilemmes identitaires manifestés, en pointant aussi les effets de génération (générations 2, 1.5, 1) et l’enjeu du choix, ou non, de changer son nom. L’oratrice a ensuite mis en perspective cette enquête qualitative avec des données quantitatives issues d’une remarquable enquête financée en 2017 par la Fondation du Roi Leopold.

Où l’on apprend notamment que les Afrodescendants sont surdiplomés par rapport à la moyenne de la population belge, mais aussi surdiscriminés, principalement en raison de leur couleur de peau (phénotype noir), mais aussi en raison de leur origine présumée. 95% des personnes interrogées ont une religion, dont 42% de catholiques, 35% de protestants, 15% de charismatiques et 13% de musulmans.

Une conférence également suivie en visio

Un riche temps de questions a suivi l’exposé, illustrant la fécondité épistémologique de l’enquête présentée, avec des réponses détaillées et éclairantes apportées par Christel Zogning Meli. Parmi les points évoqués, la question de la réception, par les enquêtés, du regard de l’enquêtrice, a perspective d’études comparées (y compris avec l’Asie), l’enjeu des langues vernaculaires africaines et le recours fédérateur à une langue française décolonisée, les scénarios à venir face à la montée naissante du néotraditionalisme afrocentré…

Une discussion s’est ouverte aussi autour de l’enjeu, soulevé par Jean-Paul Willaime, de l’interprétation de la sortie du christianisme, avec ce paradoxe : le centre de gravité du christianisme francophone est aujourd’hui africain. Sortir du christianisme au nom d’une africanité traditionnelle, n’est-ce pas, au lieu de se démarquer, une manière de suivre la voie de beaucoup d’Européens contemporains, qui sont sortis en masse du christianisme ?

Réunion n°8 programme ReliF, 10/06/2024 (invitation)

Chères amies, chers amis du programme “Religions et Francophonie”,

Nous avons le plaisir de vous convier à la réunion n°8 du programme GSRL “Religion et Francophonie”.

Elle aura lieu le lundi 10 juin 2024 de 14H à 16H en salle 5.067 (5e étage du Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Aubervilliers), avec Christel Zogning Meli comme oratrice invitée.

Christel Zogning Meli (CARES Bruxelles)

ORDRE DU JOUR :

1/ Tour de table, échange de nouvelles (publications, colloques, appels à com etc.)

2/ Exposé de Christel Zogning Meli (CARES, coordinatrice du nouveau certificat d’études afropéennes, FUTP Bruxelles) sur “Afropéanité, religion et francophonie : la fabrique d’un concept à l’épreuve d’une étude de terrain bruxelloise

Le site du nouveau laboratoire CARES, en Belgique, définit l’identité afropéenne de la manière suivante : « Est dite afropéenne une personne d’ascendance subsaharienne, née ou ayant grandi en Europe, dépositaire à la fois de son vécu européen mais aussi d’un héritage culturel africain qu’elle entend assumer. L’Afropéen émerge dans un univers mondialisé marqué par les processus d’hybridation et de métissage, tiraillé entre les traditions héritées et les orientations politiques culturelles et sociales que lui imposent le devoir d’intégration dans le pays d’accueil » (référence : site : https://caresbrussels.org/certificat-universitaire/).

Sur la base de ce référentiel mixte, la Faculté universitaire de Théologie protestante (FUTP) de Bruxelles a mis en place, pour l’année universitaire 2023-24, une première mondiale : un certificat universitaire d’études afropéennes, appuyé sur l’expertise des sciences sociales. Christel Zogning Meli (CARES), qui en est la coordinatrice, vient nous en apprendre davantage sur cette initiative originale, en croisant les enjeux d’identité afropéenne avec la question des apportenances religieuses, de la sécularisation, et de la francophonie. Elle nous présentera également les résultats d’une enquête de terrain réalisée à Bruxelles.

3/ Questions et échanges au sujet de l’exposé de Christel Zogning Meli. Venez nombreux !

Pascal et Sébastien, pour le GSRL

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search