Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 24.05.2024

Lors de la réunion tenue ce vendredi 24 mai 2024 (la 7e du cycle), notre programme RELIF a eu le plaisir d’échanger avec Antony Boussemart, notamment co-président de l’Union Bouddhiste de France (UBF). Après le tour de table habituel, et quelques ajustements techniques (merci encore à Antoine Vermande), Antony Boussemart a pris la parole, appuyé par une projection Powerpoint, pour traiter le sujet suivant :

« La fabrique d’un bouddhisme pluriel, francophone et de France ».

Douze personnes (dont trois par visio) ont participé à la séance.

Antony Boussemart a commencé par détailler l’histoire de l’implantation du bouddhisme en France, nourrie en particulier par l’impact de la Première Guerre Mondiale. Une première pagode est bâtie à Fréjus en 1917. Le développement du bouddhisme en France s’appuie ensuite surtout sur plusieurs vagues d’immigration asiatique depuis les années 1960. L’orateur s’est ensuite penché sur la création de l’Union Bouddhiste de France (UBF). Fondée en 1986, l’UBF fêtera ses 40 ans dans deux ans. A partir de son siège, basé à la grande pagode de Vincennes, l’UBF regroupe aujourd’hui une centaine d’associations/congrégations, dont certaines atteignent ou dépassent le millier de membres. C’est déjà significatif, au vu de la jeunesse de ce réseau, même si le volume total des personnes qui, en France, se réclament du bouddhisme, dépasse très largement ce périmètre, puisqu’on estimerait les bouddhistes, en France, à au moins 800.000 personnes, voire un million de pratiquants, sans compter un cercle plus élargi qui peut ponctuellement se référer au bouddhisme, ou télécharger l’application téléphonique Petit Bambou afin de nourrir sa méditation.

Antony Boussemart a ensuite détaillé les prérogatives de l’UBF et son mode de fonctionnement, en soulignant qu’il ne s’agit pas d’une institution dotée d’un pouvoir, mais d’une structure souple qui crée du lien et contribue à « faire apparaître sur les radars la diversité du bouddhisme en France ».

De fait, l’UBF fait tout son possible pour proposer une parole et une réflexion bouddhiste dans le cadre des protocoles de relations mis en place entre les pouvoirs publics et les grandes religions de France, notamment via la CRCF (Conférence des Responsables de Culte de France), et au travers de rencontres régulières avec le Bureau des Cultes (Ministère de l’Intérieur). L’UBF a ainsi participé, dernièrement, aux consultations au sujet de la fin de vie (projets d’aide active à mourir). Au fil de son processus de structuration, l’UBF a été conduite à ouvrir une aumônerie carcérale dès 2012, hospitalière en 2013. Un projet d’aumônerie militaire est en cours. L’UBF est également responsable de la ligne éditoriale de l’émission « Sagesses Bouddhistes » sur France 2 le dimanche matin, qui bénéficie d’un montant record de visionnages en replay (400.000 vues en moyenne).

Quelle est la fabrique identitaire de ce bouddhisme pluriel en France, fortement marqué par l’immigration asiatique ? Sans faux-semblants, Antony Boussemart décrit un lent processus culturel et linguistique qui nourrit tantôt mixité d’offres bouddhistes (comme à Rennes, cas évoqué par Philippe Portier lors d’une question posée), soit effets de génération. Beaucoup de réseaux bouddhistes n’éprouvent pas le besoin de participer à l’UBF, et fonctionnent sur une logique d’enclave diasporique. D’autres jouent la carte de l’UBF. C’est en particulier le cas d’associations du Cambodge (4 centres affiliés), du Laos (un centre), de la Thailande (5 centres) et du Vietnam (11 centres). S’ajoutent aussi le Japon (11 centres) et le Tibet (41 centres). L’Inde et la Chine, en revanche, ne sont pas représentés à ce stade, tout en déployant des réseaux propres, « en vase clos » sur le territoire français.

Un riche temps de questions a suivi l’exposé, avec des réponses détaillées apportées par Antony Boussemart, notamment sur les perspectives futures d’un « bouddhisme à la française » (comme il peut y avoir un bouddhisme coréen ou vietnamien), ou les projets de professionnalisation de la structure d’encadrement de l’UBF.

Avec en filigrane, dans deux ans, les 40 ans de l’UBF, et, pourquoi pas, un colloque scientifique à la clef ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sébastien FATH (27 mai 2024). Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 24.05.2024. RELIGION et FRANCOPHONIE (ReliF). Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://relifran.hypotheses.org/533


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search