Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 30.10.2023

 

Après un tour de table, devant les dix participantes et participants présents, les organisateurs remercient vivement l’historien Jean-Pierre Laurant (EPHE, GSRL) d’avoir bien voulu accepter d’intervenir dans le cadre de cette seconde séance du programme GSRL “Religion et Francophonie”.


En près d’une heure trente d’exposé, Jean-Pierre a analysé et détaillé les enjeux posés autour de la filiation intellectuelle de René Guénon (1886-1951). Intellectuel et maître spirituel inclassable, le penseur français René Guénon, devenu Cheikh à Al Azhar (Egypte) est l’auteur d’une oeuvre foisonnante qui questionne la modernité occidentale et invite à réfléchir à nouveaux frais au rôle des matrices spirituelles, qu’il englobe dans la notion de Tradition. Rattaché au soufisme dès 1910, Guénon n’était pas seulement un théoricien. Il avait pour ambition de changer la société.

Après sa mort s’est rapidement posée la question de l’héritage, et de la transmission de son legs intellectuel, en tension avec les institutions académiques. Avec une érudition impressionnante, Jean-Pierre Laurant a minitueusement décrypté la richesse, et parfois les contradictions, des réseaux guénoniens qui se sont déployés jusqu’à nos jours, évoquant des figures majeures et singulières du champ de l’ésotérisme comme Titus Burkhardt (métaphysicien suisse), Jean Paulhan (Gallimard, éditeur d’une partie de l’oeuvre de Guénon) Antoine Faivre (EPHE).

La francophonie européenne, mais aussi diasporique (au Caire en particulier) a constitué l’espace privilégié de ce déploiement des réseaux guénoniens, “en mal d’institutions”. Le monde anglophone ne s’est pas montré hermétique à l’oeuvre guénonienne, bien que des enjeux de transitivités des notions se posent : le pérénniallisme n’est pas tout à fait soluble dans la notion guénonienne de Tradition. La langue influe sur les représentations, les imaginaires, les déclinaisons conceptuelles. De nombreux fils de réflexion ont été soulevés, notamment la compétition entre les éditeurs, la question des querelles de légitimité, l’enjeu des entrelacs avec le catholicisme, le maçonnisme et l’islam, sans oublier les contradictions internes, la tension entre réseau et institution…

Un riche débat a suivi la présentation, au cours duquel Jean-Pierre Laurant a notamment pu préciser que René Guénon l’insaisissable, rangé parfois avec facilité dans un camp, était farouchement anticolonial, à une époque où l’Empire français dominait encore, sous sa férule, des dizaine de millions d’Africains et d’Asiatiques.



Citer ce billet
Sébastien FATH (2023, 31 octobre). Programme RELIF (GSRL), compte rendu de la réunion du 30.10.2023. RELIGION et FRANCOPHONIE (ReliF). Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://relifran.hypotheses.org/259

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search